Publicité

Le Bureau UNESCO de Libreville en partenariat avec le Ministère en charge de la Culture et des Arts a récemment organisé un atelier de renforcement de capacités sur les objectifs de développement durable liés à la culture en faveur des associations culturelles. L’occasion choisie par les organisateurs pour présenter les appels à projet dans le domaine tel que le Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC). 

L’intérêt de cet atelier était d’outiller davantage les participants sur deux points essentiels les agendas 2030, 2063 et la convention 2005. L’élaboration de dossiers de candidatures pour les fonds UNESCO, et la mobilisation de ces ressources pour des projets nationaux.
C’est en sa qualité de Représentant de l’Unesco au Gabon que Vincenzo Fazzino a loué la tenue de ces travaux qui concourent à rendre plus visible la culture gabonaise aussi bien sur le plan national qu’international.

Il est important de souligner que tout a commencé au sommet de la terre à Rio au Brésil en 1992, ensuite par les objectifs de développement du millénaire (OMD) en 2003, et aujourd’hui les Objectifs de développement durable(ODD). Le constat est presque alarmant étant donné la rareté avec laquelle le Gabon répond aux appels à candidatures lancés régulièrement par les fonds de l’UNESCO dans le secteur de la culture : fonds international pour la diversité culturelle (FIDC), Fonds pour la promotion du patrimoine culturel ou Programme de Participation qui contribuent à l’atteinte des ODD.

Thierry NZAMBA Administrateur du programme Culture pendant une de ses communication pendant sa communication
Thierry NZAMBA Administrateur du programme Culture pendant une de ses communication pendant sa communication

Il était donc question, à partir des 17 objectifs(ODD) d’identifier ceux qui sont liés à la culture. Les résultats attendus sont plus ou moins simples, il fallait amener les participants à être capable d’élaborer des dossiers de candidatures à partir des outils techniques obtenus. Permettre à ceux-ci de reconnaître les ODD culturels, leurs cibles et indicateurs.

Les bénéficiaires doivent être au nombre de 30, issus des associations et ONGs œuvrant le domaine du patrimoine culturel. Toutefois, deux participants Jean-Pierre Moudjalou et Naneth Nkoghe ont tout de même au cours des travaux dénoncé l’absence de politiques publiques dans le domaine. Il importe aujourd’hui que les pouvoirs publics s’intéressent à la question en impliquant tous les acteurs du secteur culture au Gabon.

Pour rappel, l’objectif principal du FIDC est d’investir dans des projets conduisant à un changement structurel par la mise en place et/ou l’élaboration de politiques et de stratégies qui ont un effet direct sur la création, la production, la distribution d’une diversité d’expressions culturelles, y compris les biens, services et activités culturels, et l’accès à celles-ci, ainsi que par le renforcement des infrastructures institutionnelles jugées nécessaires pour soutenir les industries culturelles viables aux niveaux local et régional.

DTV Mars 2017

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE