Publicité

Pacôme Moubelet Boubeya, ministre gabonais  de la Forêt, de la Mer et de l’Environnement, par ailleurs président de la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement (CMAE), a pris part les 4 et 5 décembre dernier  à la 3ème session de l’Assemblée des Nations unies sur l’environnement à Nairobi au Kenya sur le thème ‘Vers une planète sans pollution’.

Au cours de son allocution, le ministre a réitéré l’appel du Président Ali Bongo Ondimba – lancé lors du segment de haut niveau de la COP 23 à Bonn – à agir vite et avec détermination pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

Le président de la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement (CMAE) a également insisté sur les efforts consentis par le Gabon pour prévenir et lutter contre la pollution. A cet effet, des outils tels que l’Agence gabonaise d’études et d’observation spatiales, ont été développés.

b05e1d44-fda5-446a-90ba-2122e4f6fc7e

Concernant le thème de cette assemblée, ‘Vers une planète sans pollution’, Pacôme Moubelet Boubeya a également réaffirmé l’engagement du Gabon à faire de la valorisation des déchets un outil économique de lutte contre la pauvreté.

« Grâce à des politiques publiques avant-gardistes issues de la vision politique du Président de la République, […], la protection de l’environnement et l’amélioration du cadre de vie de nos compatriotes constituent un leitmotiv gouvernemental », a indiqué Pacôme Moubelet Boubeya.

En marge de la 3eme session de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement, le ministre a participé à une réunion ministérielle du Groupe des amis pour le Pacte global pour l’environnement présidée par Nicolas Hulot, ministre français de la Transition écologique et solidaire, en présence de Laurent Fabius, président de la COP 21.

Au cours de cette réunion, le ministre a indiqué qu’ « au moment où certains pays ont annoncé leur intention de se retirer de l’accord de Paris, il est fort utile de rester mobilisé et de continuer à montrer notre attachement à cet Accord. Avec le Pacte mondial pour l’environnement, c’est un autre pas vers un monde meilleur que nous voulons léguer aux générations futures. Par conséquent, nous ne pouvons que réaffirmer notre soutien à l’initiative lancée par la France, dès lors qu’elle se veut ouverte et inclusive ».

DTV Décembre 2017 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE