Les braconniers et les cornes d'ivoire saisies à Fougamou.
Publicité

Fougamou fait de nouveau l’actualité avec cette arrestation de deux trafiquants d’ivoire dans le département de Tsamba Magotsi dans la province de la Ngounié. Ils avaient sur eux  6 pointes d’ivoire  sanctionnées  en 12 morceaux soit 35,67 kg  pour une valeur de 1.605.000 FCfa. Deux Gabonais ont été mis aux arrêts  dans le cadre de cette affaire.

Cette interpellation intervient au lendemain d’une autre arrestation à Ndendé, dans la même région. La preuve que le braconnage se porte plutôt bien dans la province de la Ngounié. Cette arrestation est surtout le fruit d’une belle collaboration entre l’administration  des Eaux et Forêts, les services de renseignement et l’ONG  Conservation  Justice.

Selon toute vraisemblance, les deux trafiquants NGUEL Alain  Patrick et BOUSSENGUE  Jean Bosco étaient suivis depuis plusieurs mois. Plusieurs informations faisant état d’une activité de braconnage et de vente de produits d’éléphant, une espèce intégralement protégée. C’est donc suite à une information précise parvenue  aux éléments du B2 et prévenant de la liquidation d’une belle quantité d’Ivoire  qu’une équipe composée  aussi des agents des Eaux et Forêts  et de juristes de Conservation Justice s’est rendue à Fougamou.

Sur place, l’équipe va se rendre au lieu choisi par NGUEL Alain  Patrick et BOUSSENGUE Jean Bosco pour écouler leur butin. A son arrivée au lieu-dit, l’équipe va trouver la marchandise étalée sur le sol. 6 pointes d’ivoire  sanctionnées  en 12 morceaux soit 35,67 kg. La vente au kilogramme avait au préalable été fixée à 45000f. NGUEL Alain  Patrick et BOUSSENGUE Jean Bosco devait donc recevoir la coquette somme de 1.605.000 F Cfa. Au lieu de cela, ils ont été pris et conduits dans les locaux du B2 pour répondre des faits de détention, transport et commercialisation des trophées d’une espèce intégralement protégées.

Ils seront présentés devant le Procureur de la République. Ils risquent la peine maximale de 6 mois de prison ferme pour avoir violé les dispositions des articles 92, 274 et 275 du code forestier.

Avec Conservation Justice

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE