Ali Bongo Ondimba à la tribune de la COP23 à Bonn en Allemagne.
Publicité

S’exprimant le 15 novembre dernier au nom de l’Afrique à la tribune de la 23ème Conférence des parties (COP 23), Ali Bongo Ondimba, le président gabonais  a appelé à agir vite et avec détermination pour la mise en œuvre de l’accord de Paris.

« Il est essentiel que nos assises se concluent par une feuille de route claire pour mettre en pratique le programme de travail de l’accord de Paris », a déclaré Ali Bongo Ondimba devant un parterre de chefs d’Etat et de gouvernement.

Alors que l’Afrique est la première victime des effets néfastes du changement climatique – sécheresse, avancée des mers et inondations – Ali Bongo Ondimba, coordonnateur du Comité des chefs d’Etat et de gouvernement africains sur le changement climatique (CAHOSCC), a réaffirmé l’engagement du continent à adapter son modèle de développement aux défis qui l’attendent.

De l’implémentation de différents dispositifs tels que l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables et l’Initiative sur l’adaptation de l’Afrique, à l’adhésion aux priorités énoncées par la présidence fidjienne de la COP 23, l’Afrique jouera sa partition dans la lutte contre le dérèglement climatique. « Nous ne venons pas ici en procureur ou en mendiant, mais en humains responsables et convaincus d’appartenir à une humanité où chaque homme est un frère ».

Au cours de son allocution à la 23ème Conférence des parties, Ali Bongo Ondimba a également plaidé en faveur d’un équilibre en termes de financement entre l’adaptation et l’atténuation en accord avec les dispositions de l’engagement pris lors de la COP 21 à Paris.

Avec DCP

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE