Publicité

Mighty s’est associé à MapHubs pour cartographier la déforestation liée au cacao en Côte-d’Ivoire. Leo Bottrill et Kris Carle, fondateurs de MapHubs, l’expliquent à travers des cartes. Selon ces dernières,  il a été remarqué que la perte de forêt a considérablement augmenté après 2011.

Plusieurs couches de cartes ont été utilisées pour interpréter l’ampleur et les causes de la déforestation dans le pays. Pour avoir une vue d’ensemble, l’équipe de travail a utilisé  trois jeux de données sur la perte de forêts en Côte d’Ivoire au cours des années 1990, 2000 et 2015; les informations ont été fournies par le Bureau national d’études techniques (BNETD).

Les données sur la perte d’arbres dans le laboratoire GLAD (Global Land Analysis and Discovery) de l’Université du Maryland ont également été utilisées pour évaluer la déforestation due à la culture du cacao. Après analyse des différentes données, il en ressort que les forêts ne recouvrent qu’entre 3.6%  et  3.7%  de la Côte d’Ivoire. Il a été remarqué que la perte de forêt a considérablement augmenté après 2011.

Planet, une société nano satellite, a également donné à Mighty Earth l’accès à leurs archives d’images pour la Côte d’Ivoire. L’imagerie de Planet et leur outil de comparaison ont été utilisés pour illustrer comment le parc national de Peko a été davantage déboisé par les producteurs de cacao entre décembre 2015 et janvier 2017. La déforestation à l’intérieur de la réserve forestière de Scio causée principalement par les cultivateurs de cacao a également été analysée à travers les images.

Le cacao joue un rôle important dans l’économie de la Côte-d’Ivoire. Cependant, cette culture cause d’énormes dégâts pour la préservation des forêts. Il est impératif que des pratiques de production durables soient mises en place par les acteurs à divers niveaux pour remédier à la déforestation dans le pays.

Avec Mediaterre

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE