Une vue des officiels à l'ouverture des travaux de l'atelier.@Durabletv.
Publicité

C’est pour atteindre ces objectifs, et renforcer la compréhension  et l’engagement des parties prenantes du secteur et créer un large consensus sur les lignes directrices devant régir la production responsable et durable de l’huile de palme au Gabon, que  Libreville accueille depuis le 12 septembre courant, un atelier national sur l’Initiative de développement durable du palmier à huile en Afrique (TFA 2020).

 

C’est en présence du ministre en charge de l’Agriculture que les travaux de cet atelier ont été ouverts. WWF Gabon, l’Agence Nationale des Parcs Nationaux du Gabon(ANPN), Croissance Saine Environnement, IDRC Africa, WCS, et bien d’autres entités prennent part à ce rendez-vous national autour de l’exploitation du palmier à huile. Nadia Goodman, Responsable Proforest-TFA a signifié dans son propos circonstanciel que « l’initiative pour l’huile de palme en Afrique est la première initiative phare du TFA 2020, qui engage à présent 10 pays d’Afrique de l’ouest et du centre, ainsi que des consommateurs clés d’huile de palme. […] L’objectif de l’initiative est de transformer le secteur de l’huile de palme régional en moteur durable de développement, avec le moins d’émissions possible de carbone et d’une manière qui amène des avantages sociaux et qui protège la riche biodiversité des forêts tropicales de la région ».

Une phase des travaux en groupe.@Durabletv.
Une phase des travaux en groupe.@Durabletv.

Pour Marthe Mapangou, Directrice exécutive de WWF-Gabon, « cette atelier vise à proposer des lignes directrices et des propositions d’actions visant à construire une filière d’huile de palme durable au Gabon ». Dans cette perspective, Yves Fernand Manfoumbi, le ministre gabonais de l’Agriculture, de l’Elevage, chargé du programme GRAINE a rappelé que l’adhésion du Gabon à Initiative pour le développement durable de l’huile de palme en Afrique  (APOI en anglais) depuis novembre 2016 « constitue un outil important de soutien à la mise en œuvre du Plan Opérationnel Gabon Vert, composante essentielle du Plan Stratégique Emergent (PSGE), et des engagements vis-à-vis des diverses conventions internationales dont notre pays est signataire ».

Pour rappel, le Gabon s’est engagé dans un partenariat stratégique avec Olam International afin de développer des plantations industrielles de palmiers à huile à forte valeur ajoutée. Ceci, dans l’optique d’augmenter la contribution de l’agriculture au produit intérieur brut. En outre, en ce qui concerne la culture du palmier à huile, les objectifs du Gabon sont connus. Le Gouvernement envisage  « emblaver au minimum une superficie de 120 000 ha pour une production de 489 600 tonnes d’huile de palme pour un taux de rendement moyen  de 4t/ha et des revenus attendus de 169 859 697 814 FCFA, et enfin créer près de 13 000 emplois » a indiqué le ministre de l’Agriculture.

Le Plan National d’Affectation des Terres (PNAT) pourrait être un outil d’aide à l’atteinte de ces objectifs, car il a pour objectif d’identifier, de caractériser de sécuriser et de délimiter le foncier agricole.

DTV Septembre 2017

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE