Les deux parties après la signature des conventions
Publicité

Adiline Haykal, la directrice centrale de CSG (Crédit solidaire Gabon),  a récemment présenté à l’Espace PME de Libreville, le rôle et les missions de la méso-finance pour les TPE et les PME gabonaises avant de parapher deux conventions avec JA Gabon pour accompagner bénévolement et octroyer des fonds d’amorçage à taux réduit aux entrepreneurs de l’incubateur.

Les échanges  du 30 juin  dernier ont permis de passer en revue toutes les questions sur le mode de financement des jeunes entrepreneurs, mais aussi de découvrir cette institution de méso-finance, située entre la micro-finance et la banque.

« Nous sommes partie du constat que les banques accompagnent très bien les grandes entreprises, la micro-finance les toutes petites entreprises, mais qu’il y avait un chaînon manquant qui est celui de la PME. Donc CSG s’est spécialisé dans l’accompagnement des PME. Nous avons les méthodologies, l’organisation, les produits et services adaptés pour cette cible», a confié Adiline Haykal.

Il est vrai que la micro-finance est assez développée au Gabon, mais il y a une demande très importante aujourd’hui de la part de PME, des TPE et des entrepreneurs. CSG répond aux nécessités de ces entités avec des produits innovants et adaptés à leurs besoins. Au terme de ces échanges, la directrice du CSG, et la directrice exécutive de JA Gabon, Radia Garigues, ont paraphé deux conventions pour pouvoir accompagner et financer les jeunes entrepreneurs suivis par JA Gabon.

« Nous avons signé deux conventions avec JA Gabon. La première est une convention de mécénat où nous mettons notre expérience à la disposition des entrepreneurs de JA Gabon pour du monitoring et du coaching. La deuxième est une convention de financement pour les fonds d’amorçages à taux réduit  qui est à destination de très petits entrepreneurs qui veulent vraiment démarrer leurs activités. Et ça aujourd’hui c’est une nouveauté au Gabon. C’est ainsi que nous avons signé cette convention avec JA Gabon », a précisé la directrice centrale du CSG.

Pour sa part, la directrice exécutive de JA Gabon, Radia Garrigues est revenue sur les trois volets de cette signature de partenariat avec Cofina. « Le premier volet concerne le mécénat de compétences, c’est-à-dire les compétences avérées des salariés du bureau au Gabon vont être mises à disposition des entrepreneurs accompagnés par JA Gabon bénévolement. Dans le deuxième volet, on passe un accord sur les fonds d’amorçage. En effet, tous les entrepreneurs se plaignent de la même chose, l’accès au financement. C’est un problème majeur, récurent au Gabon mais également ailleurs. On a passé un accord avec le CSG pour aider ces entrepreneurs-là. Le troisième volet c’est le métier du CSG ici au Gabon. L’accompagnement d’entrepreneurs qui ont déjà une activité. Nous on fera simplement de la mise en relation pour permettre à ces entrepreneurs qui ont un petit historique déjà, d’accéder à des financements supérieurs », a expliqué Radia Garrigues.

Pour les deux institutions, il est important de pouvoir aider les jeunes qui ont envie de démarrer et qui ne trouvent pas de financement sur le marché.

Avec JA GABON

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE