Les ministres gabonais et égyptien procédant à la passation du flambeau sous le regard de la Directrice du Bureau Afrique de l'ONU Environnement.
Publicité

Après deux ans passé à la présidence de la Conférence Ministérielle Africaine sur l’Environnement (CMAE), le ministre égyptien Dr.Khaled Fahmy, de l’Environnement a remis le flambeau à Estelle Ondo, ministre gabonais de l’Environnement pour un nouveau mandat en présence de Juliette Biao Koudenoukpo, Directrice et Représentante Régionale de l’ONU Environnement, Bureau Africa à la faveur de la 16e session de la CMAE qui se tient à Libreville. Elle aura pour mission de dynamiser davantage les stratégies en la matière pour l’Afrique.

Conformément aux dispositions de cette plateforme africaine consacrée aux questions d’environnement et de développement durable, le Gabon assurera la présidence de la CMAE pour les deux prochaines années. Créée en 1985 par le Conseil d’administration du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) pour renforcer la coopération entre les gouvernements africains dans les activités techniques et économiques, la CMAE a pour objectif premier d’arrêter et inverser la dégradation de l’environnement africain.

Estelle Ondo, ministre gabonais en charge de l'Environnement prononçant son discours circonstanciel
Estelle Ondo, ministre gabonais en charge de l’Environnement prononçant son discours circonstanciel

Par ailleurs, la CMAE a également pour objectif de s’assurer que les pays Africains, à travers leur groupe de négociateurs, s’accordent sur une position commune lors des négociations globales autour de l’environnement. Estelle Ondo devra donc conduire le leadership et l’orientation sur les questions environnementales  et de développement durable pour le continent Africain. Prenant la parole après son installation, le ministre gabonais de l’Environnement a invité le président sortant à rester aux côtés du nouveau bureau en vue de partager son expertise consolidée durant ces deux ans de service à la CMAE.

Les enjeux environnementaux et le développement durable imposent à l’Afrique une solidarité concrète sur la scène mondiale. Pour cette raison, Estelle Ondo a signifié que: « mon souhait le plus ardent est la réussite des travaux de la 16e session de la CMAE parce que nous n’avons pas le droit à l’erreur, pour nos habitants en cette terre, mais aussi et surtout pour les générations futures […] le chemin sera long, sinueux et parfois parsemé d’obstacles, mais je n’en doute pas qu’avec la détermination de tous, nous y parviendrons ».

Avant d’ajouter que « la question de changement climatique demeure au cœur de notre programme de cette année. Et la décision regrettable de se retirer du protocole de paris souligne davantage cette importance ». Mais cela ne devrait pas émousser nos efforts, bien au contraire, nous devons confirmer au reste du monde notre engagement inébranlable pour cette accord qualifié d’historique ».

Cette 16e session axée sous le thème : « Investir dans les solutions environnementales novatrices pour accélérer la mise en œuvre des objectifs de développement durable et de l’Agenda 2063 en Afrique » prépare les prochaines rencontres internationales telles que la 13e Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la désertification, la 23e Conférence des Parties à la Conventions des Nations Unies sur les changements climatiques ou encore, à  la troisième Assemblée des Nations Unies pour l’Environnement (UNEA-3) prévue du 4 au 6 décembre 2017 à Nairobi sous le thème: ‘Vers une planète sans pollution’.

DTV JUIN 2017

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE