Publicité

La musique gabonaise confirme depuis quelque temps, une nouvelle coloration à son arc-en-ciel, l’afro-jazz. Un style et un rythme musical en vogue que pratique l’artiste Pamela Badjogo, qui s’installe progressivement chez les mélomanes gabonais. Et le récent concert de cette chanteuse a été l’occasion de le promouvoir davantage  à l’Institut Français du Gabon. Retour sur son parcours.

Depuis 13 longues années Pamela Badjogo est installée à Bamako la capitale du Mali ou elle a su mêler vie étudiante et vie artistique. Au point de s’accomplir sur l’ensemble des deux vies, car au-delà d’être l’artiste de Bamakool, finaliste du prix découverte FRI 2016, elle est titulaire de son diplôme de master 2 en microbiologie : « Mon père y tenait à sa microbiologie. J’ai appris en Afrique en l’ouest que nous passons notre temps à faire plaisir à nos proches ; il faut apprendre aussi à se faire plaisir. Et je me fais plaisir en faisant la musique et mon père a son diplôme accroche au salon », a-t-elle affirmé.

Le 6 janvier dernier, l’artiste a donné un café-concert, le premier de sa carrière à Libreville. Une occasion pour le public librevillois de découvrir dans toutes ses couleurs l’artiste Pamela Badjogo, à travers notamment les 11 titres de son premier album intitulé « Mes couleurs ». Ce café-concert inaugurale à l’IFG, est le premier d’une série à venir qui vise à promouvoir les artistes d’avenir et confirmés. C’est d’ailleurs ce qu’a signifié Marine Lefort représentante de l’IFG.

Pour sa participation au prix découverte FRI, Pamela a dit ne pas être à l’origine. Ce fut le l’initiative de son manager qui l’avait inscrite sans lui en parler sachant qu’elle refuserait : « Nous étions 700 au départ au fil du temps 300 etc., jusqu’à la finale et je m’excuse de n’avoir pas gagné. Mais je fière suis d’avoir représenté le Gabon au mali. Si j’avais été ici je n’aurais pas eu cette possibilité, il faut le dire », a-t-elle expliqué. Le Mali est une terre de toutes les opportunités à en croire les propos de l’artiste Pamela Badjogo. Pour ce concert du 6 janvier dernier, elle a été accompagnée par des artistes connus : Baponga, Begood le Rasta, le vainqueur du Ghana francophone challenge et bien d’autres encore.

IMG-20170115-WA0002Une phase du concert du 6 janvier, avec sur scène l’artiste reggae, Begood Le Rasta  

Par ailleurs, l’artiste avait déclaré que son amour pour la musique n’est pas né au Mali. Elle l’avait déjà rencontré en quittant le Gabon. Elle a débuté un peu comme beaucoup d’artistes, dans une chorale, ensuite l’artiste gabonais Nzanga Mapangou lui a donné sa première chance. Puis, ce fut le tour de l’international hip-hop qui a été sa plus grande expérience nationale. En arrivant au Mali : J’ai commencé par répertorier les studios.

Pamela Badjogo est aussi une dame de cœur, qui a décidé de s’engager dans la lutte contre la violence faite aux femmes, au sein du collectif féminin dénommé Les Amazones d’Afrique. Un collectif qui regroupe à ce jour 16 femmes, dans lequel elle représente le Gabon. « Je crois en la société, pas aux hommes politiques. Pour moi, ils sont même pères, même mères ».

En terme de collaboration, l’artiste annonce plusieurs en perspective, à l’image de celle avec Shogun. L’auteure des titres très aimés « bô » ou « koulé » a  également annoncé une tournée nationale en août 2017, une occasion de mieux se faire connaitre, mais surtout de découvrir des nouveaux talents à l’intérieur du pays.

DTV Janvier 2017

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Bravo petite, avec le talent qui est le tien, je sais que ta voix va inonder le Gabon,l’afrique et pourquoi pas la terre toute entière, bonne continuation dans ce que tu fais et que Dieu te bénisse dans tout ce que tu fais.tu es la fierté de ta famille.

LAISSER UN COMMENTAIRE