Image illustrative
Publicité

Selon une étude menée par des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique et publiée dans Global Change Biology le 21 août 2017, les poissons devraient rétrécir, rapporte le magazine Sciences et Avenir. En cause, les changements climatiques, qui entraîneront moins d’oxygène dans les océans et forceront les poissons à cesser de grandir pour pouvoir répondre à leurs besoins en oxygène.

« Les poissons, en tant qu’animaux à sang froid, ne peuvent pas réguler leurs propres températures corporelles. Lorsque leurs eaux se chauffent, leur métabolisme accélère et ils ont besoin d’oxygène pour maintenir leurs fonctions corporelles », explique William Cheung, coauteur de l’étude, professeur agrégé à l’Institut pour l’océan et les pêches et directeur des sciences du programme Neureus.

D’après Daniel Pauly, auteur principal de l’étude et chercheur à Sea Around, lorsque que les poissons grandissent, leur besoin en oxygène augmente car leur masse corporelle devient plus grande. Cependant, les branchies n’évoluent pas au même rythme que le reste du corps. La morue, par exemple, augmente son poids de 100 % mais ses branchies ne grandissent que de 80 %, voire moins.

Les chercheurs expliquent donc que cela oblige les poissons à réduire leur croissance pour pouvoir répondre à leurs besoins avec le peu d’oxygène dont ils disposent. « Les branchies ne peuvent pas fournir suffisamment d’oxygène pour un corps plus grand, donc les poissons cessent de grossir ». Ils ont appelé cette hypothèse la « théorie de la limitation de l’oxygène des branchies ».

Certaines espèces peuvent être plus affectées, comme le thon, qui se déplace rapidement et nécessite plus d’énergie et d’oxygène. La réduction de la taille des poissons aura un impact sur la production halieutique, mais aussi sur l’interaction entre les organismes dans les écosystèmes précise le magazine Sciences et Avenir.

Avec Ouest-France

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE