Enseignement supérieur : Personnels imprégnés sur la qualité auto-évaluation

0

Durant cinq jours,  une vingtaine de personnels des établissements d’enseignement supérieur du Gabon venus notamment de l’université Omar Bongo (UOB), de l’université des sciences de la santé(USS), de l’Ecole nationale des eaux et forêt (ENEF) et l’Ecole franco-gabonaise Saint-Exupéry ont pris part une session de renforcement de capacités. Ils ont été sensibilisés à la démarche qualité allant de l’auto-évaluation à la planification stratégique de leurs institutions.

 

C’est  l’Institut  sous-régional de technologie appliquée (ISTA) qui a accueilli ces cinq jours d’atelier qui se sont ouverts le 30 septembre dernier et se sont achevés ce 04 octobre. Il était question durant ces cinq jours d’atelier d’imprégner et de doter les participants de compétences leur permettant d’assurer la mise en œuvre de la démarche qualité au sein de leurs institutions respectives. Un atelier qui se justifie par le fait que les universités à travers le monde et particulièrement en Afrique francophone traversent plusieurs difficultés.

Le personnel enseignant pendant la session de renforcement de capacités à l’ISTA.

L’atelier a été supervisé par l’Institut francophone pour la gouvernance universitaire (IFGU) de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), représenté par monsieur Kabirou Mouhamadou responsable projet.  En effet, l’AUF a dans sa stratégie quadriennale 2017-2021 plusieurs axes prioritaires pour permettre aux universités de relever les défis de la qualité de la formation de la recherche, le défi de l’employabilité et de l’insertion professionnelle des diplômés, le défi de l’implication dans le développement global de nos sociétés.

« Les universités traversent beaucoup de problèmes ; il y a par exemple le problème de massification des effectifs, d’insuffisance de moyens financiers, le problème d’internationalisation de l’enseignement supérieur avec l’arrimage au système LMD, le problème de la révolution du numérique. En fait ce sont les conséquences de la révolution du numérique. Tout cela sont des problèmes et l‘AUF dans sa stratégique quadriennale a placé en priorité la gouvernance universitaire de façon à accompagner ces établissements à relever tous ces défis » a expliqué monsieur Kabirou Mohamadou le responsable projet de IFGU.

Un atelier qui s’arrime à la quatrième révolution industrielle « numérique » car le monde l’enseignement a changé y compris celui de la recherche, de la vie à l’université, de la responsabilité sociétale des universités. Et selon le formateur, Pr. Henri Ngoa Tabi, expert  du réseau des experts  en assurance qualité de l’AUF, et du CAMES, l’ensemble des participants ont eu un caractère studieux et assidu durant ces cinq jours. « Les conséquences immédiates, ce que tous ont pris conscience de ce qu’est l’assurance qualité et du basculement que doivent faire les instituts d’enseignement supérieur. Ce basculement, il faut s’arrimer dans la problématique de l’assurance qualité. Et dans cette assurance qualité pour y aller il faut que chaque établissement fasse d’abord son auto-évaluation. Et cette auto-évaluation se fait par rapport au système de valeurs universitaires qui lui, aujourd’hui est normé et mesurable », a-t-il souligné.  

La photo de famille entre participants et l’ensemble des officiels.

Ce que l’on peut espérer à l’issue de cette session de renforcement de capacités, c’est que l’ensemble des participants puissent s’appliquer être des véhicules de la démarche qualité allant de l’auto-évaluation à la planification stratégique afin que s’améliorent les conditions à la fois de travail, mais aussi d’apprentissage des étudiants. La session a été sanctionnée par une remise d’attestations aux participants.

GM/DTV 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
7 × 17 =