ACW2022 : le cadre législatif est nécessaire pour l’évaluation réelle du capital naturel et une prise du capital humain

0

 Le rapport lancé par les pays d’Afrique Centrale ne se distingue pas par la mise en évidence du capital naturel. Le cash n’est pas la chose prise en compte ici. Grâce au service écosytemique, il y a l’évaluation de la valeur des arbres, notamment ce que cela représente à l’exemple de l’ombre d’un arbre dont doit bénéficie les populations. Ils constituent des éléments qu’il faut comptabiliser. 

 

La comptabilisation de tous ces éléments dans l’outil qui permet de faire ressortir ce que vaut un arbre et l’ensemble des arbres de la forêt. Ce qui permet d’affirmer que l’élément bien-être des populations est vraiment pris en compte car il est important. Et toujours dans une proche de service systématique, << l’air que nous respirons, on dit que ce n’est pas pollué par exemple ici et autre là. Qu’est-ce que ça représente par rapport à une ville comme Legos. Comment nous capturons que l’air est plus cher ? Que l’eau que nous buvons est chère d’un pays où les cœurs d’eau sont pollués. Donc quand on parle de valoriser tout cela ce sont toutes ces difficultés techniques qu’on a. On doit pouvoir mettre un outil pour pouvoir capter la valeur la plus exact possible du capital naturel >>, a insisté, le Directeur par intérim du WWF Gabon, Laurent Some.

Il faut dire ceci n’est pas circonstanciel, il s’agit d’un processus entamé il y a deux ans. Et les pays, le Gabon n’a pas attendu le lancement de ce rapport qu’il avait déjà commencé à incorporer la valeur du capital naturel dans la compatibilité publique. Il y a des pays tels que le Rwanda.

En outre, les pays comme le Gabon dans la sous-région est le pionnier dans ce secteur. Et les représentants du ministère de l’économie et de la planification étaient durant tout le processus. C’est un long processus, << comme je l’ai dit, le développement des outils, la loi. Ça c’est important parce qu’il faudrait que le cadre permette de pouvoir incorporer ces outils là. Donc, c’est un processus avec certaines étapes les unes lus techniques que d’autres, les autres plus politiques que d’autres parce que là dimension politique va jouer >>, a-t-il fait entendre.

Néanmoins, dans la sous-région, il y a cette volonté politique ce qui ne devrait pas constituer un obstacle. Et pour ce qui est des moyens, le WWF dispose de moyens pour accompagner à l’aboutissement de ce processus car il nécessite beaucoup de consultations. Et ladite institution à la capacité de mobilisation.

GM/DTV2022 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
14 × 17 =