Agriculture : “Les revenus de la terre sont plus stables et abondants que ceux des administrations.”

0

Entretien avec Monsieur Clément Ndong Mba. Au cœur de plusieurs activités associatives, Monsieur Clément Ndong Mba est président de nombreuses associations telles que la Coopérative de l’élevage et d’agriculture. Aujourd’hui, il est administrateur général de la Société de Développement Agro Industriel (SDAI) qui s’est lancée il y a quelque temps dans la production de fruits de la passion violet. Notre rédaction a le privilège de parler cette ambition avec l’initiateur. Entretien. 

Durable TV : Bonjour Clément Ndong Mba!

Parlez nous de vous pour ces lecteurs qui vous découvrent.

Lancement des travaux liés à l’actuel exploitation agricole.

Clément Ndong Mba : Clément Ndong Mba, de souche fang est né le 11 juin 1950 à Oyem. Il obtient son brevet en 1969 et son bac en1972 au lycee d’Etat d’oyem.

Il entre à l’Universite National du Gabon (UNG) en première année de sciences économiques de la faculté de Droit et de sciences économiques.

En 1976, il s’admet sur concours, à l’Ecole National des Services du Trésor de Paris en France, d’où il obtient son diplôme d’Inspecteur Central du Trésor.

Il entre à la fonction publique le 8 mai 1978 et reçoit sa première affectation à la Trésorerie Générale de Libreville. Il est nommé chef de Service des Collectivités Locales en 1982,puis Directeur Adjoint de la Comptabilité en 1985,puis Trésorier provincial de la Nyanga a Tchibanga en 1987,puis Trésorier provincial de l’Ogooué-Lolo à Koulamoutou en 1989,puis trésorier provincial de la Ngounie à Mouila en 1991.

En 1993, il est ramené à Libreville à la Direction des Inspections et vérifications. En 1977 il est promu Agent Comptable du Conseil Économique et Social Vie Politiques

En 2001, il est élu Député du troisième siège du canton Kye département du woleu,puis élu Questeur au Bureau de l’Assemblée National A la fin de son premier mandat Il est réélu Député en 2006 Il entre au Gouvernement en 2009 en qualité de Ministre des Petites et Moyennes Entreprises/des Petîtes et Moyennes Industries(PME/PMI)

Sur le plan Social. 

Clément Ndong Mba est Président de l’Association des veuves,des orphelins et des Filles Mères(,AvoFIM GAB) Sponsor de l’Orphelinat Cri de l’Enfant.

Clément Ndong Mba est President de l’Association de Coopératives d’Agriculture et d’Elevage (AsCOPEA).

Clément Ndong Mba est Président de la SARL Promo Agro Paysan,ainsi que de la Société Civile Immobiliere Du Woleu (SCI Woleu).

Clément Ndong Mba est Administrateur Général de la Société de Développement Agro Industriel sa (SDAI sa). Clément Ndong Mba est titulaire d’un Agrément d’Exploitant Agricole. Il a déjà reçu la distinction honorifique du Mérite Agricole.

Clément Ndong Mba est chrétien, né de nouveau, baptisé par immersion dans le Jourdain en Israël, marié et père de la multitude.

 

DTV : En plus de participer à diverses activités sur le plan associatif et surtout agricole, vous êtes à la tête de la Société de développement agro industriel (SDAI) quel est son type de culture et pourquoi celle-ci ?

Clément Ndong Mba: Le siège social de la Société de Développement Agro Industriel(SDAIsa) se trouve à Oyem, capitale de la Province du Woleu Ntem dont la vocation est essentiellement agricole. Il est tout à fait normal de créer des structures qui visent et remuent l’ âme agricole.

L’Agriculture comporte le secteur des produits vivrières ( banane,manioc,.,) et celui des produits de rente comme le café, le cacao,l’huile de palme,les fruits de la passion violets etc, qui sont très demandés sur le marché international qui comporte des millions de consommateurs, et dont les prix sont exprimés en monnaies fortes dont notre économie a besoin pour améliorer les revenus non pétroliers et impacter notre produit intérieur brut.

Il se trouve que les populations sont cantonnées sur les produits vivriers dont le marché intérieur est étroit à cause de notre faible population.

SDAI va se spécialiser dans les produits agricoles à fort rendement et dont les productions sont tournées vers le marché extérieur.

Aujourd’hui nous lançons, de manière inédite à travers toute la province,du woleu ntem, la production des fruits de la passion violets ,qui va induire la production du miel à l’instar de la Tanzanie et de l’Ethiopie.

Les études et les informations glanées sur le marché, et dans les pays frères ont guidé notre choix. SDAI pourra les jours à venir introduire des plantes nouvelles, inconnues des gabonais dont la demande est immense sur le plan mondial Nos ambitions sont à l’aune de la fertilité légendaire de nos terres qui nous offrent des opportunités que personne ne soupçonne aujourd’hui .

Nous voulons d’abord gagner en expérience avant de songer de transposer notre vision dans les autres provinces de Gabon.

L’administrateur général, Clément Ndong Mba en visite de la pépinière.

DTV : Qu’est-ce qui a motivé la création de cette société ?

Clément Ndong Mba : Nous nous sommes d’abord constitués en coopératives parfaitement en règle pour obtenir les financements auprès des bailleurs de fonds, aucune coopérative ne dispose de garanties exigées. Une recommandation nous a été faite de créer des entreprises agricoles qui ont la personnalité morale et des biens. C’est dans cet esprit que SDAI a vu le jour.

DTV : Quel regard portez-vous sur l’agriculture au Gabon, peut-elle vraiment aider dans la diversification de l’économie comme cela est défendu par les hautes autorités ?

Clément Ndong Mba : Le Gabon dispose de plus de deux millions d’hectares de terres cultivables, et une pluviométrie abondante. Les trésors immenses sont encore enfouis dans nos terres.

L’Agriculture n’est pas une activité à rendement immédiat. Elle demande du sacrifice, de la force,de l’intelligence, le savoir faire et beaucoup de persévérance. Ce n’est pas le jour qu’on planté qu’on récolte. C’est ce qui rebute nombre de nos compatriotes .

C’est pourquoi ce secteur pourtant vital de notre économie tarde à prendre de l’envol. Les autorités en charge de l’Agriculture ne semblent pas très inspirées Ce grand ministère mérite d’être reforme. Il doit aussi être considéré comme les autres Ministères de souveraineté. Les fameuses zones à hauts rendements relèvent de la pure philosophie.

L’agriculture ne se raconte pas mais se pratique avec les hommes et les femmes aux pieds et mains sales, avec les fonctionnaires et le villageois qui rivalisent d’audace et d’ingéniosité.

Il est temps de revenir vers la banque de crédit rural qui, en l’absence aujourd’hui, de la banque gabonaise de développement, pourrait injecter des fonds dans le financement des projets agricoles.

DTV : En tant qu’ agro industriel, qu’avez-vous à dire sur le conflit entre les hommes et les éléphants qui impacte véritablement les activités agricoles domestiques dans certaines localités du pays ? 

Clément Ndong Mba : Le conflit entre les hommes et les pachydermes est un véritable crime contre l’humanité. Sinon comment comprendre que la loi est intraitable contre les vies humaines pour laisser libre cours aux animaux de dévaster les champs.

Les provinces qui sont à la merci des parcs nationaux ne peuvent pratiquer l’agriculture. Les villageois sont candidats à l’émigration,au dépaysement. Les autorités en charge de l’environnement doivent obtenir des instances internationales la prise en charge des populations sinistrées.

DTV : Votre entreprise a-t-elle l’ambition de s’étendre hors du Woleu Ntem et de toucher les localités du Gabon ?

Clément Ndong Mba : Une entreprise qui se crée où s’installe là où elle pense pouvoir tirer des grands profits. Ainsi, SDAi dans sa politique d’expansion sur le territoire gabonais aimerait bien s’installer en dehors du septentrion. Mais il n’est pas question de s’aventurer là où le conflit homme faune fait rage. 

DTV : Quelle est votre approche de l’autosuffisance alimentaire au Gabon ? Comment y parvenir ? Quels sont les préalables?

Clément Ndong Mba : L’autosuffisance alimentaire est un objectif que tout pays, convaincu du dynamisme de son agriculture,doit pouvoir atteindre.

Il a suffi que la guerre éclate en Ukraine pour se rendre compte de la fragilité des systèmes agricoles des différents pays du monde.

Notre pays, le Gabon,est très loin encore dès cet idéal. Pourtant on constate ça et là, des initiatives tendant à corriger l’infirmité agricole qui nous coûte plus de cinq cents milliards d’importations de nourriture par an.

Ce serait souhaitable. d’arrêter cette hémorragie financière en encadrant les projets agricoles porteurs sur neuf provinces,deux seulement sont presque à l’abri du conflit homme/faune qui confisqué les terres en rendant les milliers d’hectares de terres inutilisables, inexploitables. Tout cela nous éloigne de notre objectif.

L’inauguration de nouvelles spéculations à très haut rendement et à forte demande et générateurs de revenus substantiels peut induire le développement des autres secteurs comme l’élevage, la pisciculture,l’apiculture.

Notre marché intérieur étant bien étroit. les surplus pourraient être déversés ailleurs. L’autosuffisance alimentaire n’est donc pas forcément un mythe,mais il faut oser,innover,chercher, investir.. etc pour y arriver.

DTV : Votre mot de fin pour cet échange?

Clément Ndong Mba : Nous voulons dire que nous avons une très forte passion pour l’agriculture. C’est pourquoi les refus des administrations, des banques n’ont pas suffi pour nous décourager.

Nous avons avec nos maigres moyens, choisi de revoir nos ambitions à la baisse. Mais la qualité de nos fruits éveillera l’intérêt de nos partenaires qui pourraient nous trouver des solutions. Comme la loi de la multiplication se trouve dans la terre, elle va nous tirer d’affaires.

C’est un tort de vouloir occuper de hautes fonctions en politique ou dans les administrations sans penser à disposer d’un domaine agricole, un royaume. Nos frères d’Afrique de l’Est de l’Ouest et Sud l’ont compris. Les revenus de la terre sont plus stables et abondants que ceux des administrations. Puisse cette pensée vous inspirer davantage pour vous ramener à la passion de la terre qui nourrit, enrichit, soigne et vous donne le repos.

Merci pour votre disponibilité. 

GM/DTV2022

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
6 − 5 =