Barrage hydroélectrique Kinguélé Aval : quelques bouleversements sont attendus

0
Le Fonds gabonais d’investissements social (FGIS) et Méridiam, ainsi que ses consultants EDF- Artelia-Biotop  présente le projet de construction de la centrale  hydroélectrique Kinguélé Aval comme étant le moins dévastateur qui soit au Gabon sur le plan écologique et environnemental.

 Dans le cadre de l’étude d’impact environnementale (EIE), c’est donc une analyse du milieu physique de l’eau, l’aire, et le sol. L’analyse du milieu naturel, la faune et la flore.  En effet ce projet est envisagé dans une zone dite tampon (périphérique  ou  au cœur) du parc des Monts de Cristal et cette forêt est considérée sur le continent  comme étant l’un ou le second hot spot de la biodiversité sur le plan africain « hot spot signifie le  plus grand nombre d’espèce spécifique à la région ». Par rapport à tout cela, la partie technique du projet reconnait que la biodiversité va poser problème.

Impact sur le parc National des Monts de Cristal (PNMC) et les habitants naturels. Enjeu majeur du projet pour les habitats aquatiques. Emprises du projet (barrage, usine, réservoir, chantier, cité d’exploitation) : environ 260 ha. 74 ha en zone  tampon  soit 0,08% du PNMC, 187 ha en zone cœur soit 0,3% du PNMC (secteur Mbé).

Les habitats critiques impactés sont : les rapides et radiers Podestémacées (Rivières moyennes) ; rivières torrentielles  larges (type Mbé) et (2bis) Rivières de taille moyenne (type Biwane, Sobéa/Missiho et Mbéba), Ruisseaus sous-forestiers et bien. Les forêts denses des crêtes des Monts de Cristal, Forêts denses humides  sur flancs de collines.

S’agissant de la faune aquatique, seront  impactés, des animaux tels que le Crocodile de Stévart. La faune terrestre : papillon, tortue terrestre, perroquet gris, éléphant de forêt seront  impactés faiblement selon le projet. Et  il ajoute qu’il n’y aura pas d’impact sur une faune telle que les singes, les panthères, mammifères qui sont emblématique  du parc.

L’impact de  ce projet ne se limite pas aux espèces citées plus haut.  Certaines espèces de poisson seront touchées. Ce qui va entrainer une diminution pour certaines et augmentation pour les autres.  Le changement sera au bénéfice des espèces préférant les eaux calmes et plus profondes (réservoir).  Les petits cours d’eaux latéraux, c’est-à-dire  habitat de poissions  actuel se réduira. L’impact se fera sur 3 espèces « probablement » soutient le groupe d’experts techniques. Les trois espèces sont : Chromidatilapia regani, crasseichthys gabonensis et plataplochilus sp.nv.

 

DTV 2018

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
18 ⁄ 2 =