Biodiversité: le Gabon n’a pas fini de nous dévoiler ses secrets

0

En dehors de la baï des tortues située dans la province de l’estuaire précisément sur la presqu’île de la pointe Denis, il en existe d’autres à l’intérieur du Gabon tel que la baï de Langoué redécouverte en 2001 par le chercheur anglais Mike Fay lors d’un megatransect. Cette bï est située dans la province de l’Ogooué-Ivindo. Cette étendue déboisée est un lieux essentiel à la la survie de plusieurs espèces endémiques.

 

Redécouvert en 2001 par Mike Fay durant un megatransect, le baï de Langoué est un bijoux naturel encore totalement intact. La clairière de Langoué se trouve dans le parc d’Ivindo. Ce site exceptionnel est un véritable paradis, refuge d’une faune hors du commun. Il s’agit de la plus grand clairière naturelle du Gabon et l’une des 5 plus grande d’Afrique.

Un espace où viennent s’abreuver des animaux tels que les éléphants et et bien d’autres.

Le baï de Langoué, situé dans le parc national de l’Ivindo, est le plus grand baï (mot pygmée babenzélé désignant une clairière forestière traversée par une rivière ou un ruisseau) du Gabon. Il couvre 12,5 ha, avec une longueur de 850 m et une largeur de 350 m.

D’autres espèces animales se nourrissent bien grâce à cette étendue du littoral pus ou moins entrée dans la terre.

Les découvertes archéologiques montrent que d’autres clairières voisines ont été habitées par l’homme dès 4000 ans avant notre ère, et que la zone autour de l’actuelle gare d’Ivindo et autour du parc en général a été habitée dès 120 000 ans avant notre ère.

 

GM avec ANPN

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
28 ⁄ 14 =