Biodiversité : le Parc national de l’Ivindo désormais patrimoine mondial

0

Dans un communiqué paru sur le site de l’UNESCO, l’organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture a annoncé que le Comité du patrimoine mondial a inscrit le site naturel du Parc national de l’Ivindo dans situé dans le Nord-Est du Gabon long de près de 300.000 hectares sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

Le Parc national de l’Ivindo situé sur l’équateur, dans le nord-est du Gabon. Précisément situé à cheval entre les provinces de l’Ogooué-Ivindo et de l’Ogooué-Lolo. Le site, essentiellement intact, s’étend sur près de 300 000 hectares traversés par un réseau de rivières d’eau noire pittoresques. Il comprend des rapides et des chutes bordées par des forêts humides intactes, ce qui en fait un paysage d’une grande valeur esthétique.

                                             Une vue des chutes du parc national de l’Ivindo.

Les habitats aquatiques abritent des espèces de poissons endémiques, dont 13 espèces sont considérées comme menacées, au moins sept espèces d’herbes aquatiques Podostemaceae et, sans doute, une faune aquatique micro-endémique de chaque chute. De nombreuses espèces de poissons du bien ne sont pas encore décrites et certaines parties du site sont encore à peine explorées.

Ce lieu regorge de plusieurs espèces emblématiques qu’il faut protéger telles que le crocodile à long museau (Mecistops cataphractus), en danger critique d’extinction, trouve refuge dans le parc national de l’Ivindo qui s’enorgueillit aussi de posséder des forêts climatiques uniques très anciennes à Caesalpinioideae et de haute valeur pour la conservation, abritant, par exemple, une très grande diversité de papillons ainsi que des espèces menacées de mammifères emblématiques et d’oiseaux comme l’éléphant de forêt (Loxodonta cyclotis) et le gorille de l’Ouest (Gorilla gorilla) En danger critique d’extinction, le chimpanzé (Pan troglodytes) et le perroquet gris (Psittacus erithacus) En danger, ainsi que le picatharte du Cameroun (Picathartes oreas), le mandrill (Mandrillus sphinx), le léopard (Panthera pardus) et le chat doré (Caracal aurata) Vulnérables, et trois espèces de pangolins (Manidae spp.).

Le président de la République, Ali Bongo Ondimba a salué cette annonce de l’UNESCO sur compte tweeter d’autant que ce sont l aussi, . « L’inscription par l’UNESCO du Parc national de l’Ivindo sur la liste du patrimoine mondial de l’Humanité vient récompenser les efforts du Gabon en matière de protection des forêts, dont le rôle est déterminant dans la lutte contre le réchauffement climatique.Un grand jour! » s’est-il exprimé.

Ce parc créé 19 ans plus tôt joue, selon le chef de l’État, «un rôle déterminant dans la lutte contre le réchauffement climatique», notamment pour la flore qu’elle renferme. «C’est un grand jour pour notre pays et pour notre planète», s’est-il réjoui.

Soulignons que ce sont quatre sites culturels et un site naturel qui ont été inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

GM/DTV2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
18 − 6 =