CEEAC : les ministres en travaux sur la réforme institutionnelle à Libreville

0

La Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) a ouvert les travaux du Comité de pilotage de la réforme institutionnelle ce 19 juin 2019. Durant trois les ministres de la Communauté vont travailler sur le projet de sa revitalisation afin de la rendre attractive car plusieurs études ont montré les faiblesses et les dysfonctionnements qui ont affecté négativement les performances et l’image de la CEEAC.

 

C’est le nouveau ministre des Affaires Etrangères, Alain-Claude Bilie By Nze qui a ouvert officiellement les travaux de la réunion ministérielle du Comité de pilotage de la réforme institutionnelle de la CEEAC. Il rappelé la 16ème Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC tenue en mai 2015 au cours de laquelle ils avaient soutenu qu’une réforme institutionnelle de la Communauté s’avérait urgente et nécessaire. Une réforme utile pour la réalisation des axes prioritaires de la vision 2025, programme de développement de la CEEAC, ainsi que dans la réalisation de l’Agenda 2063 qui souhaite une Afrique prospère.

Selon le ministre la CEEAC n’est ni financièrement indépendante, ni autonome,  elle est plutôt assujettie à l’apport des partenaires pour  une grande partie de son financement. Outre cela, elle ne dispose pas de cour de justice, d’un parlement communautaire encore moins d’une cours des comptes fonctionnel. « Comme vous le savez, notre session ministérielle du Comité de pilotage vise à examiner et adopter le rapport du 4ème Comité technique des Experts ainsi que les textes fondamentaux de la réforme institutionnelle de la CEEAC. (…) l’aboutissement de cette réforme va nous permettre enfin, d’être en phase avec le traité d’Abuja pour ce qui concerne l’arrimage de notre communauté à l’Union Africaine et de répondre plus efficacement aux besoins de nos économies et de nos populations » a souhaité le ministre.

Pour ce qui est du secrétaire général de l’Institution, Ahmad Allam-Mi, les missions de la CEEAC ont connu une évolution contrastée après plus de 30 ans d’existence. Ce qui est liée notamment aux grandes mutations du contexte géopolitique, économique et stratégique, tant au sein des Etats qu’au niveau régional, continental et mondial. Une  situation qui a conduit en 2017 le président en exercice de la CEEAC, Ali Bongo Ondimba avait mis en place un Comité de pilotage de réforme institutionnelle dont la présidence est assurée par le ministre des Affaires Etrangères  du Gabon.

« Il convient de souligner que la réforme de la CEEAC connait une difficulté majeur liée au financement de son budget. En effet, sur le budget de 1,9 milliards, seul un Etat membre a payé sa contribution de cent onze millions. A ce jour, le processus de la réforme a coûté 1 milliards environ financé par des préfinancements du secrétariat général (75%) et l’appui des partenaires (25%). »

Néanmoins, il importe de mentionner que  cette réforme ne se fait pas en phase clos, d’autant plus qu’elle évolue dans un environnement marqué, d’une part, par la rationalisation des Communautés économiques régionales en Afrique centrale et la réforme de l’Union africaine et, d’autre part, par les progrès rapide dans les dynamiques d’intégration régionale aussi bien au niveau continental qu’au sein des autres Communautés économiques régionales.

Le Bureau régional des Nationaux unies pour l’Afrique centrale (UNOCA) crée, il y a 8 ans à la demande des plus hautes autorités politiques de la sous-région avec pour mandat de soutenir les efforts et les initiatives de paix et de prévention de conflits menées par les Etats et les organisations régionales d’Afrique centrale, cela y compris en particulier la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale. « L’UNOCA demeure disponible, dans le cadre de son mandat, à continuer d’apporter son appui à cet important processus de réforme et tout projet de visant à consolider la paix et la sécurité régionale en Afrique centrale » a assuré Sancho Coutinho chef de la section politique.

GM/DTV 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
22 + 3 =