Changements climatiques : 20 femmes outillées sur les questions de GES

0

Depuis le 9 mai se tient  à Libreville l’atelier national: Introduction aux changements climatiques-Action mondiale et nationale. Il est organisé par le Conseil national climat (CNC) avec l’appui technique du programme international du service des forêts des États-Unis. Cet atelier qui s’achève ce 13 mai vise le renforcement de l’expertise et l’implication des femmes gabonaises dans le processus de comptabilisation et de notification des gaz à effet de serre (GES).

 

Cet atelier de renforcement de l’expertise et de l’implication des femmes gabonaises dans le processus de comptabilisation et de notification de gaz à effet de serre  (GES), il s’inscrit dans un projet qui regroupe quatre pays du bassin du Congo, il s’agit du Congo, de la RDC, du Cameroun et du Gabon. Et il regroupe plusieurs activités dont la première est cet atelier national: Introduction aux changements climatiques-Action mondiale et nationale.

Invité, le secrétaire permanent adjoint du Conseil national climat, Davy Onomori a salué la motivation de ces femmes qui ont postulé à cette formation ce qui selon ce dernier montre l’implication des femmes, et aussi leur volonté personnelle à s’intéresser explicitement à la question du réchauffement climatique.

Cette activité se concentre sur le renforcement de la compréhension et de l’engagement des femmes dans le processus de GES de la Convention cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et sur leur capacité à compiler et à rendre compte en suivant les directives du cadre de transparence renforcée (CTR) de l’Accord de Paris. Cela se fera par le biais d’ateliers de renforcement.

L’objectif dudit atelier est d’introduire les participantes à la problématique du changement climatique et la réponse humaine à ce phénomène. Plus précisément, il sera question pour les participantes à comprendre la science du changement climatique, ses impacts, les options pour y faire face (Atténuation et adaptation ), la réponse à cette problématique (CCNUCC) et le processus de négociation du changement climatique) ainsi que les actions spécifiques du pays pour y remédier.

Nelly Houtsa coordonnateur du programme Gabon du service forestier des États-Unis Gabon explique le choix porté sur les femmes. << (…) Les femmes parce qu’on a constaté que dans le domaine de l’environnement et de la conservation il y a très peu de femmes parce que ce métier est  contraignant. D’où, il y a cette initiative qui est axée, afin de leur donner plus de chance d’acquérir des compétences et de pouvoir apporter leurs contributions dans ce processus >> a-t-elle déclaré.

Il est à noter que le service forestier des États-Unis est une agence qui travaille dans le bassin du Congo depuis près de 20 ans et qui a des programmes internationaux qui appuient les gouvernements dans leurs efforts en matière de protection des ressources naturelles.

 

GM/DTV2022 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
10 × 2 =