CIPD25: 1250 engagements pris par les gouvernements, les ONG, et les partenaires techniques et financiers

0
Le vice-président du Kenya tenant la main de la Directrice exécutive de UNFPA, Dr Natalia Kanem et de la représentante de Danemark.
Le Sommet de Nairobi sur la CIPD25 s’est achevé le 14 novembre dernier  dans la capitale kényane, avec 1250  engagements audacieux visant à transformer le monde en mettant fin à tous les décès maternels, les besoins non satisfaits en matière de planification familiale, la violence sexiste et les pratiques néfastes à l’égard des femmes et les filles d’ici 2030.


«Le Sommet de Nairobi représente une vision renouvelée et redynamisée et une communauté travaillant de concert pour agir et donner des résultats. Ensemble, nous ferons des dix années d’action et de résultats pour les femmes et les filles, en plaçant leurs droits et leurs choix au centre de tout ce que nous faisons », a déclaré la Directrice générale du FNUAP, Natalia Kanem.

Le Sommet, convoqué par les gouvernements du Kenya et du Danemark avec le FNUAP, l’agence des Nations Unies pour la santé sexuelle et reproductive, a dévoilé de nouvelles données cruciales sur le coût de la réalisation de ces objectifs. Il a mobilisé plus de 1 200 engagements du monde entier, dont des milliards de dollars de contributions de partenaires des secteurs public et privé. Il a également permis de faire entendre la voix des communautés marginalisées, des jeunes et des défenseurs de la base, qui ont été en mesure d’engager directement les chefs d’État et les décideurs politiques sur la manière de réaliser les droits et la santé de toutes les personnes.

“Le Sommet de Nairobi sur la CIPD25 a été un succès retentissant”, a déclaré Mme Josephine Kibaru-Mbae, Directrice générale du Conseil national du Kenya pour la population et le développement. “Mais ce n’était qu’un début. Nous partons de Nairobi avec une feuille de route claire des actions que nous devons tous entreprendre pour faire avancer le programme de la CIPD et transformer le monde des femmes et des filles.”

Le Sommet a débuté avec la publication de nouvelles recherches montrant le prix à payer pour obtenir «trois résultats transformateurs»: zéro décès maternel, zéro besoin non satisfait en matière de planification familiale et zéro violence fondée sur le sexe et pratiques néfastes, au cours de la prochaine décennie. Le coût total pour le monde s’élèverait à 264 milliards de dollars, selon l’analyse du FNUAP et de l’Université Johns Hopkins, en collaboration avec l’Université Victoria, l’Université de Washington et Avenir Health.

Les participants au Sommet se sont ensuite engagés avec des engagements spécifiques et concrets pour aider le monde à atteindre ces objectifs ambitieux mais réalisables. Des engagements ont été pris par les gouvernements, la société civile, des groupes de jeunes, des organisations confessionnelles, des universités et bien d’autres.

Les gouvernements, dont l’Autriche, le Canada, le Danemark, la Finlande, la France, l’Allemagne, l’Islande, l’Italie, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suède, ainsi que la Commission européenne, se sont engagés à apporter un soutien d’environ un milliard de dollars. Le secteur privé est également intervenu: le Fonds d’investissement pour les enfants (CIF), la Fondation Ford, Johnson & Johnson, Philips, World Vision et de nombreux autres organismes ont annoncé qu’ils mobiliseraient environ 8 milliards de dollars en promesses nouvelles.

«Il n’y aura pas de ICPD50. Les femmes et les filles du monde entier ont attendu assez longtemps pour avoir des droits et des choix », a déclaré l’Ambassadeur Ib Petersen, Envoyé spécial du Danemark pour la CIPD25. «À l’horizon 2030, nous entrons maintenant dans une décennie de livraison au cours de laquelle nous allons tenir la parole et nous tenir tous pour responsables des engagements que nous avons pris à Nairobi.»

Plus de 9 500 délégués de plus de 170 pays ont pris part à cette conférence radicalement inclusive qui s’unit derrière la Déclaration de Nairobi, qui établit un programme commun pour mener à bien le Programme d’action de la CIPD.

De la même manière que la Conférence internationale sur la population et le développement, qui s’est tenue au Caire en 1994, a marqué un tournant pour l’avenir des femmes et des filles, le Sommet de Nairobi restera dans les mémoires comme un tournant décisif qui a mis en branle des actions qui ont sauvé des vies, permis à des millions de femmes et à les filles, leurs familles et leurs communautés contre l’exclusion et la marginalisation, et a permis aux pays d’exploiter le dividende démographique pour faire croître leurs économies.
DO/DTV2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
16 − 10 =