Climat : son dérèglement menace les moyens de subsistance des populations

0

Le ministre des Affaires Etrangères, M. Michael Moussa Adamo, accompagné du ministre des Eaux et Forêts, de la Mer, de l’Environnement, chargé du Plan Climat et du Plan d’Affectation des terres, Prof. Lee White, a présidé tout à tour, du 6 au 12 octobre 2022 des débats de haut niveau du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la paix et la sécurité en Afrique, parmi lesquels un débat consacré au renforcement de la lutte contre le financement des groupes armés et terroristes par le trafic illicite des ressources naturelles et un débat consacré au renforcement de la réponse internationale face aux impacts négatifs des changements climatiques sur la paix et la sécurité en Afrique. 

 

 

Face à cette situation, M. Adamo a souligné l’urgence pour le Conseil d’agir avec plus de détermination pour assécher les financements des bandes armées qui alimentent l’instabilité et la violence dans plusieurs régions du monde, et particulièrement en Afrique, l’appelant en outre à soutenir « sans réserve » les efforts du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine.

Le ministre des Eaux et Forêts, de l’Environnement pendant les travaux.

Le ministre Michaël Moussa Adamo, tout en expliquant que les conflits « s’auto-entretiennent » par la prédation des ressources naturelles, les rentes minières permettant l’achat d’armes et le recrutement d emiliciens, a souligné qu’« il est indéniable » que les richesses naturelles nourrissent le financement des conflits.

Lors du débat du Conseil de sécurité sur le climat et la sécurité en Afrique, au côté du Secrétaire général des Nations Unies, M. António Guterres, le chef de la diplomatie gabonaise a exhorté le Conseil de cesser de fermer les yeux et reconnaître que les changements climatiques contribuent

consubstantiellement à l’instabilité politique et aux crises dans de nombreux pays en Afrique. « L’Afrique est résolument inscrite dans le sens de l’action à travers l’Initiative Africaine sur l’Adaptation dont le président S. E. Ali Bongo Ondimba est le champion politiques pour le compte de l’Union Africaine. Cette initiative se focalise sur trois objectifs : doter l’Afrique de données fiables pour analyser et prédire les évènements climatiques, mobiliser les financements nécessaires et accompagner la mise en place de politiques nationales adaptées », a-t-il déclaré.

Les dérèglements climatiques ne perturbent pas seulement les équilibres environnementaux. Ils menacent également les moyens de subsistance des populations. ont également un impact sur les mouvements humains, tant à l’intérieur des pays qu’au-delà des frontières (migration climatique).

Pour rappel, le Gabon assure la présidence du Conseil de Sécurité pour le mois d’octobre 2022 pour une durée de deux ans. Le Conseil de sécurité est l’un des six organes principaux des Nations unies. Il constitue un conseil restreint de pays membres de l’organisation veillant au maintien de la paix et de la sécurité dans le monde. Incarnation de la coopération entre les puissances, la question de sa réforme est régulièrement évoquée.

Avec le Ministère 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
28 + 26 =