Covid-19/ Gabon: Dieudonné Minlama demande la refonte du gouvernement et du Copil

0

Après avoir observé avec beaucoup d’intérêt la mise en œuvre de l’état d’urgence, confinant de façon générale et partielle le grand Libreville, ainsi que l’application des mesures d’accompagnement annoncées par le Chef de l’Etat, Ali Bongo, Dieudonné Minlama Mintogo est arrivé à la conclusion que le gouvernement est dépassé par les événements. Il faut impérativement tout refaire au risque de connaître le pire avec cette pandémie de Covid-19 au Gabon. Retour sur sa déclaration complète du 11 mai dernier. 

 

Mesdames et Messieurs
Gabonais et Gabonaises ;
Mes Chers compatriotes ;

Après la dernière déclaration du Président de la République, annonçant d’importantes mesures sociales, économiques et sanitaires pour faire face à la pandémie du COVID-19, comme la majorité de nos compatriotes, j’avais exprimé mes réserves quant à « la volonté et à la capacité du gouvernement à mettre en pratique toutes ces mesures dans un esprit d’éthique, d’équité, d’égalité, de sincérité, de justice sociale et de bonne gouvernance ».

Par ailleurs j’avais réaffirmé « ma proposition de voir chacune de nos provinces disposée des capacités réelles de dépistages et de prises en charge des personnes touchées par le coronavirus au niveau local ».

Et pour éviter que la mise en œuvre des mesures du Président ne devienne, pour certains, une occasion de détournement massif des fonds et bien publics, j’avais recommandé la création d’une « Commission Indépendante chargée du Suivi, du Contrôle et d’Évaluation » de cette vaste opération.

Au terme de la première phase du programme de Riposte mené par le Gouvernement; que retenons-nous ? A mon avis, six (6) faits majeurs:

1. Un confinement brutal et catastrophique ;
2. Un déconfinement brutal sans préparation et sans mesures d’accompagnement;
3. Un Gouvernement solitaire, à la peine et dépassé par les événements;
4. Un personnel médical exposé, en colère et prêt à jeter l’éponge ;
5. Une augmentation vertigineuse du nombre de cas avec un risque réel d’une contamination de masse;
6. Un peuple aux abois, perdu et déboussolé, ne sachant plus à quel saint se vouer.

En d’autres termes, l’heure est grave. Le temps n’est plus, ni à la spéculation, ni à l’hésitation: il faut agir et vite. Un changement radical des méthodes, des hommes et des moyens s’impose à nous !

Aussi je demande :

1. Une reprise en main de la Riposte par le Président de la République;
2. Une refonte en profondeur du Gouvernement et du Copil;
3. Une redéfinition globale de la stratégie de Riposte;
4. Une mobilisation totale de toutes les forces vives de la nation autour d’une réelle Union Sacrée;
5. Une évaluation sans complaisance de la première phase du programme.

Je vous remercie.

Ancien Candidat aux Elections Présidentielles de 2016
Président d’Ensemble Pour la République

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
15 × 29 =