Ecriture scientifique en ligne: les éditions Oudjat étendent leur communauté scientifique

0

Après quatre jours de séminaire de formation, organisateurs, participants et partenaires se sont félicités du bon déroulement de l’événement. Une satisfaction qui découle du fait que les participants se soient rapidement adaptés et appropriés les savoirs qui leur ont été dispensés. La fin du séminaire a été ponctuée par la remise des attestations à l’ensemble des participants.

 

Bien qu’heureux de la réussite de l’événement, le Dr. Jaurice Madebe, promoteur des éditions Oudjat a salué son partenaire,  l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) par le biais du directeur du Campus numérique francophone de Libreville (CNFL), Joseph Indjedjet qui n’a ménagé aucun effort afin que ce séminaire se tienne. Il a rappelé que plusieurs péripéties ont précédé l’organisation de celui, « les événements dont nous avons été plusieurs fois victimes en terme de perte des collègues ont sans cesse repoussé la tenue de cette rencontre« Nous nous étions jurés le cœur sur la main dès la mise en place des éditions Oudjat de créer une communauté scientifique pertinente.»

Il a également expliqué l’ambition qui anime ces éditions depuis leur mise en place « Une de nos missions. Du moins,  nous nous étions jurés sur la main dès la mise en place des éditions Oudjat de créer une communauté scientifique pertinente. Qui rende visible les activités qui se passent au Gabon en matière de recherches universitaire. Et cette occasion a été si belle que quand la formation a commencé tout le monde s’est mis à la tâche.»  Le rapport humain a été lui aussi salué. C’est sans aucune difficulté que le contact entre les responsables techniques du CNFL et les participants s’est noué tout au long dudit séminaire.

Les participants ont affirmé qu’ils sont sortis de cette formation avec la certitude d’avoir comblé une lacune d’autant que personne ne vient apprendre parce qu’il connaît. On vient apprendre parce qu’on ne connaît pas quelque chose. Donc on parfait sa formation et la formation ne s’arrête pas tout au long de la vie.

« Les moyens de travailler, l’environnement de travail en général évolue chaque fois. Et il faut s’adapter à ces évolutions. Or, l’enjeu de cette formation c’était de dire ; la production des savoirs scientifiques africains a besoin d’être visible sur la place scientifique mondiale. Et au sein de notre université, organisé une formation dédiée à un transfert de savoirs. Quels savoirs, savoir entrer dans les éditions en ligne est d’un enjeu majeur aujourd’hui » a  soutenu Dr. Aimé Emile Moundziegou enseignant-chercheur au département de Sociologie à l’Université Omar Bongo.

Pour sa part le directeur du CNFL, Joseph Indjedjet a encouragé les uns et les autres à continuer à fréquenter son institution, «vous êtes chez vous». Il est ensuite revenu sur l’engagement  pris par le recteur de l’AUF lors de son adresse aux responsables des universités d’Afrique centrale. Il s’est engagé par rapport à la dématérialisation de tout ce que l’on peut faire dans un système pédagogique. Dans un système d’encadrement physique. D’où, l’investissement qu’il fait sien de mettre des moyens pour accompagner des projets porteurs. « Donc, je vous exhorte à rester sur le fil. A suivre pour que vos projets qui sont naissants puissent voir le jour. Pour d’attirer d’autres personnes, je ne dirais pas sceptiques », a déclaré Joseph Indjedjet.

 

GM/DTV2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 ⁄ 5 =