Indice de Pérennisation des OSC au Gabon : le cadre juridique et le financement plombent leur développement

0
Ida Navratilova Oye Obame, Chargée du Suivi-Evaluation à Brainforest, Responsable de l'étude.@durabletv

L’Organisation Non Gouvernementale Brainforest a présenté récemment à la faveur d’une conférence de presse, le rapport 2018 de l’indice de pérennisation des Organisations de la Société Civile (OSC) au Gabon. Sept (7) domaines ont été analysés, et ceux qui ont reçu les mauvaises notes sont : le contexte juridique et la viabilité financière avec une note semblable de 6,3 sur 7. La note globale pour le Gabon se situant à 5,4 sur 7, une stagnation depuis 2016. Selon le mode d’analyse, plus le score se rapproche de 7, elle est négative, contrairement à un score qui se rapprochant de 1.

 

Le dixième rapport sur l’indice de Pérennisation des OSC au Gabon a été rendu public le 6 décembre dernier à Libreville par l’ONG Branforest. Cette étude très attendue, par les acteurs de la société civile, a révélé une nouvelle fois qu’il y avait encore des efforts à fournir selon les domaines évalués. Parmi les sept (7) domaines retenus, on compte : le contexte juridique (6,3), la capacité organisationnelle (5,4), viabilité financière (6,3), plaidoyer (4,9), prestation de services (5,1), infrastructure sectorielle (5,2) et image publique (4,9).

Les meilleurs scores sont ainsi au niveau du plaidoyer et l’image publique des OSC. Selon Ida Navratilova Oye Obame, Chargée du Suivi-Evaluation à Brainforest, Responsable de l’étude, au niveau du plaidoyer, les OSC connaissent de mieux en mieux leurs secteurs respectifs, et font tout pour mener à bien leurs différentes aspirations. L’amélioration de l’image publique est aussi le fruit de l’utilisation efficace des réseaux sociaux, mais surtout l’accompagnement de la presse locale des activités des OSC.

Une vue des OSC présentes à la conférence de presse.@durabletv

Commentant la note globale du Gabon, la Responsable de l’étude a indiqué que « cet indice a été tablé à 5,4. Cela veut dire que la durabilité  du secteur est encore très entravée au Gabon. Par-là, on doit comprendre que le contexte juridique n’est pas favorable au fonctionnement et à l’expression libre des Organisation de la Société Civile. Cela signifie aussi que sur le plan organisationnel, beaucoup d’organisations rencontrent encore des énormes difficultés ; qu’au niveau de la prestation de services et de la viabilité financière, l’action des OSC nationale reste étroitement  liée à l’accès au financement. Ce qui veut dire que ces dernières n’arrivent pas à satisfaire la demande en termes de prestation de services formulée par les populations cibles de leurs actions. Cette note reflète également le fait qu’au niveau national, il n’y a pas une véritable politique d’appui aux OSC. Il faudrait donc revoir les choses dans ce sens ».

Revoir les choses à ce niveau signifierait donc pour les pouvoirs publics de réviser la loi N35/62 relative aux associations. « Elle devrait être révisée pour un fonctionnement optimal de la société civile. C’est le point essentiel qui justifie la note du contexte juridique  à 6,3. Tous les panélistes, et toutes les OSC réunis estiment que cette loi est caduque et qu’il faut la repenser », a expliqué Ida Navratilova Oye Obame.

Ida Navratilova Oye Obame, Chargée du Suivi-Evaluation à Brainforest répondant aux questions de la presse.@durabletv

Le recensement des OSC gabonaises en  2017 par le Réseau des Organisations et des Projets Associatifs du Gabon (ROPAGA) avait dénombré 1750 associations au Gabon, en plus des organisations syndicales. Aujourd’hui, certaines associations n’existent que de nom faute de moyens conséquents pour mettre en œuvre leurs plans d’actions.

Le projet « Indice de pérennisation des Organisations de la Société Civile » a été rendu possible grâce à la générosité du peuple américain à travers l’Agence des Etats Unis pour le Développement International. Il est mis en œuvre par FHI 360 et icnl, avec la contribution des organisations nationales telles que Brainforest. L’indice de Développement des OSC permet d’évaluer les progrès en faveur d’une pérennité et d’identifier les entraves. Il constitue un outil de plaidoyer pour les associations afin d’accroître le financement de la société civile par les donateurs nationaux et internationaux.

 

DO/DTV2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
15 + 3 =