JMLP : le numérique un moyen pour protéger le journalisme et les journalistes

0

Le 3 mai sert à rappeler aux gouvernements la nécessité de respecter leur engagement en faveur de la liberté de la presse et constitue également une journée de réflexion pour les professionnels des médias sur les questions relatives à la liberté de la presse et à l’éthique professionnelle. Tout aussi importante, la Journée mondiale de la liberté de la presse est une journée de soutien aux médias qui sont des cibles pour la restriction ou l’abolition de la liberté de la presse. C’est aussi une journée de commémoration pour les journalistes qui ont perdu la vie dans la poursuite d’une histoire.

 

La Journée Mondiale de la Presse est célébrée par la communauté mondiale sous <<Le Journalisme sous le prisme du numérique. >>

<< Il nous incombe à tous d’en faire plus pour gérer les risques et saisir les possibilités qu’offre l’ère du numérique. En cette Journée mondiale de la liberté de la presse, j’invite les États membres, les entreprises technologiques et la communauté des médias, ainsi que le reste de la société civile, à unir leurs forces pour établir une nouvelle configuration numérique qui protégerait à la fois le journalisme et les journalistes >> a suggéré Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO.

C’est aussi l’occasion de pouvoir lire le classement que dresse chaque année Reporters Sans Frontières (RSF) pour chaque région ou chaque pays à travers le monde. On notera que le Gabon occupe la 105ème en 2022, soit un bond de 12 places par rapport à 2021 où il se situait à la 117ème. Une évolution qui s’explique selon cette organisation par le fait que les sanctions de la Haut autorité de la communication (HAC) ont fortement baissé en 2022 par rapport à 2021. RSF explique que, << ce meilleur classement du Gabon par le fait que durant la période étudiée, aucun journaliste n’a été assassiné ni jeté en prison.>>

Il est à noter néanmoins que préoccupé les intimidations des journalistes et la mise à l’écart des journalistes indépendant dans les manifestations officielles. L’organisation de défense de la liberté de la presse déplore aussi le verrouillage des sources qui pénalise les journalistes indépendants.

En ce qui concerne la sous-région de la CEMAC, le pays le mieux classé est le Congo Brazzaville (93ème) suivi de la Centrafrique (101ème), du Tchad (104ème ). Le Gabon sur le plan régional est 4ème. Suivent par ordre le Cameroun (118ème) et la Guinée Equatoriale bonne dernière à la 141ème place.

G/DTV2022

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 − 12 =