Le Festival international du livre gabonais et des arts se tient du 25 au 27 mai à Libreville

0

En prélude du lancement du premier festival international du livre gabonais et des arts qui se tiendra le du 25 au 27 mai 2022 sous le thème : << Contribution du livre à l’éveil citoyen de la jeunesse >>, ce 21 mai en cours a servi aux organisateurs dudit événement de se mettre face aux médias lors de la conférence de presse qu’ils ont organisé au siège de l’Union des écrivains Gabonais (UDEG). Un échange avec la presse qui a permis de livrer au public certains détails liés à l’événement et pouvant susciter une envie d’y être massivement.

Le thème, << Contribution du livre à l’éveil citoyen de la jeunesse >>, le choix du thème s’explique par le fait que le FILIGA se propose de répondre à la problématique de l’incivisme dans nos pays en incluant l’apport du livre pour une jeunesse responsable. Cette thématique contribuera à orienter positivement l’influence des jeunes, aussi bien que des adultes, les uns sur les autres, afin d’assurer la pleine participation de chacun à la vie sociale en tant que partenaires utiles et à part entière.

Il était question pour l’organisation du premier festival international du livre gabonais et des arts par la voix de son directeur artistique, Rosny le Sage Souaga de souligner que l’honneur revient à la nation tout entière d’organiser un tel événement culturo-artistique. Tout en mettant en avant le côté enrichissant par la forte délégation attendue sur le sol gabonais pour ledit événement.

Pour rester sur la délégation des invités, elle sera composée de la Guinée Conakry qui en est l’invité d’honneur, de la France, du Canada, du Tchad, de la RDC, du Benin, du Congo, du Sénégal, de la Cote d’Ivoire, du Cameroun, le Burkina-Faso et de la Centrafrique.

Cette cérémonie qui se tiendra sur trois jours comprendra des Conférences, des tables rondes lectures, des dédicaces, des cafés littéraires, des ateliers, des expositions de livres et visites. << C’est l’occasion pour nous d’inviter ces jeunes auteurs, les artistes en herbes qui pourront venir faire de belles rencontres comme cela se fait ailleurs >>, à soutenu le directeur artistique du festival, et Rosny le Sage Souaga.

De son côté, la présidente de l’ Union des écrivains gabonais (UDEG), Pulchérie Abeme Nkoghe s’est dit satisfaite pour deux niveaux. Le premier est que la littérature gabonaise sera au devant de la scène, elle va non seulement partager son expérience avec les invités qui seront là. Mais aussi elle va recevoir de ce qui va arriver de l’extérieur. << C’est d’abord ça la première satisfaction >> assure-t-elle.

Poursuivant, elle a déclaré que sa deuxième satisfaction et qui est la plus grande des deux c’est que la mise en place de cet festival est faite par un collectif de jeunes écrivains. Cela signifie que dans la littérature gabonaise, il y a une jeune génération qui prend la relève du travail qui avait fait déjà été fait leurs aînés, << Je crois quand on est ancien quelque part, le rêve c’est de voir une continuité qui se fait. Donc, je voudrais humblement féliciter Rosny qui est l’initiateur de ce projet. Encourager toute l’organisation. Comme vous le voyez ce ne sont que des jeunes écrivains, la nouvelle plume gabonaise qui a décidé comme de trouver une plate-forme d’expression pour magnifier notre charmante et belle littérature. >>

le Festival international du livre gabonais et des arts (FILIGA) distinguera des hommes et des femmes qui ont marqué la culture la littérature et l’art gabonais, africain et mondial.

LN stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
24 ⁄ 8 =