Le singe mandrill, un animal à la fois végétarien et omnivore

0

Le rôle de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) ne se réduit pas seulement à la protection et la conservation de ceux-ci. Elle a également en sa qualité de conservateur  un rôle de pédagogue. Il s’agit pour cette agence de présenter les différentes espèces aussi bien végétales qu’animales que l’on retrouve dans ces aires protégées. Mais aussi de les décrire ; « le rôle qu’elles jouent pour les écosystèmes», comme c’est le cas avec singe mandrill.

 

Lorsqu’un mandrill mâle devient mâle dominant à l’issue de combats, son niveau de testostérone augmente. Son nez, son anus tout comme son sexe deviennent devient rouge vif, sa tête s’entoure d’une collerette de poils blancs et sa croupe se colore de rose bleuté.

Ces changements de couleur sont un attrait important pour les femelles. Ils ont seuls le droit de copuler. Lorsqu’il y a de nombreuses femelles en chaleur en même temps, des mâles non alpha profitent du relâchement de la vigilance des dominants pour procréer également. Leurs canines sont très acérées et très longues (4 à 5 cm) sont de redoutables armes contre le léopard, leur principal prédateur.

Le mandrill est omnivore : son alimentation composée de fruits, de graines, des noix, de tiges de marantacées, de tubercules, de champignons ou de feuilles. Il peut manger également des petits rongeurs, des œufs d’oiseaux, des oisillons, des araignées, des fourmis, des grenouilles, escargots et même des céphalophes bleus (petites antilopes).

Le mandrill, suivant son sexe, a des vocalisations différentes. Les femelles et les jeunes poussent des cris perçants, tandis que les mâles émettent des grondements sonores. Les dominants progressent en forêt en émettant des « oum, oum » régulièrement pour informer la horde de leur position.

 

Avec l’ANP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
7 + 12 =