l’impact du changement sur la santé suppose une vulnérabilité des maladies transmises par l’eau, l’air 

0

Il y a dix ans le Gabon abritait la première conférence régionale Une seule santé/One Health pour les pays (francophone) de la Région Afrique de l’OMS. Il y a également dix ans, Libreville abritait les travaux de l’atelier régional sur l’élaboration des plans d’adoption du secteur de la santé aux changements climatiques. D’où l’OMS et le gouvernement gabonais organisent à Libreville depuis deux jours, un atelier national de mise en commun des capacités requises des trois secteurs que sont la santé humaine, animale et environnementale. 

 

Trois jours de travaux dont le but est de lancer son processus de mise en place de la plate-forme une seule santé. L’impact du changement climatique sur la santé suppose une vulnérabilité accrue aux maladies transmises par l’air, par l’eau et par les vecteurs, les ainsi qu’une vulnérabilité accrue à la malnutrition. Ou même la dégradation des écosystèmes et la destruction de la biodiversité amplifient cette problématique.

La gestion des défis mondiaux de sécurité sanitaire, de diversifiés et transversaux nécessitent un changement de paradigme et un nouveau mode opératoire fondé sur une approche intégrée de la programmation et la prestation de services ( c’est l’approche “One qui Health” ou “Une seule Santé”

Les maladies émergentes et ré-émergentes sévissent à un rythme sans précédent: quelques unes d’entre elles la pandémie de la Covid-19, et les épidémies d’Ebola en Afrique de l’Ouest (2015 et 2015) ont été un signal d’alarme pour la communauté mondiale de la santé. D’autres épidémies ou épizooties, comme la fièvre Marbug, la fièvre lassa, la peste pulmonaire, et la grippe aviaire continuent à mettre à rude épreuve les systèmes de santé.

La majorité des des pathogènes émergents, ré-émergents ou endémiques affectant la santé humaine sont zoonotiques. Les secteurs de la santé humaine et la santé animale partagent ainsi la responsabilité de la lutte contre les zoonoses. La rage en est une parfaite illustration.

Nous comprenons aisément que le concept One Health va au-delà de la prévention des crises sinistaires et est étroitement lié à une vision holistique de la Santé et aux liens entre santé, santé qualité de l’environnement (eau, air…), climat, alimentation, agriculture et biodiversité “, explique la coordinatrice résidente du système des nations unies au Gabon.

GM/DTV2022 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
16 ⁄ 2 =