Shan’l la Kinda : “Je suis une artiste et j’aspire à avoir une vraie vie de famille, j’aspire à avoir des enfants”

0

Dans un entretien accordé au confrère l’Union l’artiste chanteuse Shan’l la Kinda s’est exprimée à cœur ouvert. Elle s’est apaisanti sur son avenir amoureux. Un avenir amoureux qu’elle entrevoit avec un homme à ses côtés. Pour ce de son avenir musical, elle ne l’envisage pas sans l’accompagnement du Ministère de la Culture évoquant de fait un de ses Hits qui cartonne encore à ce jour “Tchizambengue”. Celle qui souhaite avoir une vie de famille, rejette l’idée d’être indéfiniment assimilée à une ‘’Tchizambengue’’.

 

Selon Shan’l, être un Tchiza n’est pas souvent un choix de la femme. C’est par contre et surtout le statut que le partenaire veut bien donner. Consciente de la situation actuelle, elle soutient que c’est assez compliqué aujourd’hui de trouver quelqu’un de célibataire sauf si c’est un amour connu depuis l’école. “Quand je chante Tchiza, je ne fais pas l’apologie de la frivolité ou des maîtresses des hommes mariés, c’est juste une dénonciation d’un fait de société. C’est après Tchizambengue que j’ai été reconnue à l’international.” Ce hit a réellement propulsé la chanteuse au-delà des frontières du Gabon.

Cette chanson a fait oublier au public son nom Shan’l la Kinda pour désormais l’appeler Shan’l la patronne des Tchiza, une appellation que la chanteuse assume non pas sans préciser ce qu’elle pense : ” Je ne le refuse pas, mais il faut que les gens comprennent qu’aucune femme ne veut être maîtresse d’un homme marié. Ce sont malheureusement les circonstances qui l’imposent.

L’artiste souhaite désormais avoir une vie différente de celle qui est vantée dans cette chanson. Et que les hommes cessent de penser que je ne suis intéressée que par ma vie artistique, “je suis artiste et j’aspire à avoir une vraie vie de famille, j’aspire à avoir des enfants.” Pour elle, il faut que les hommes fassent la différence entre l’artiste qu’elle est et la femme qu’elle sait être.

Elle voudrait laisser une trace de son passage sur terre bien que la musique soit déjà un patrimoine.

Je veux moi aussi connaître les joies de la maternité, ce bout de Shan’l qui saura raconter mon histoire. Il est bien possible d’avoir une vie de couple et continuer sa vie d’artiste. Il faut trouver le juste milieu et savoir faire la part des choses. Qu’il soit compréhensif parce qu’il faut l’admettre, la vie d’artiste est un peu compliquée entre les voyages et les prestations. Mais, il y a toujours moyen de s’entendre avec la personne avec qui l’on partage sa vie” a t-elle ajouté dans cet entretien.

 

GM/DTV2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 × 4 =