Numérique : l’usage abusif des écrans nuit à la santé

0

La Covid-19 a amplifié l’usage quotidien du numérique et de l’internet. Les effets pervers de cette utilisation interpellent les autorités gouvernementales. C’est dans ce sens que le Ministère de l’Economie numérique a organisé ce 29 octobre 2022 aux côtés du spécialiste de la transformation numérique, Blanc Cristal une série d’exposés sous le thème ” Les dangers de la surexposition aux écrans : effets sur le comportement et la santé ”.

 

En effet, le numérique fait partie intégrante du quotidien des gabonais. Il est partout dans la formation, il est au centre de chacune de nos activités. Compte tenu de cela que le Ministère de l’Economie numérique est sur le point de lancer un vaste programme de sensibilisation numérique national.

<< Nous faisons un prélude à ce gros programme en faisant un exposé sur la surexposition des écrans : dangers et effets sur la Santé. Parce qu’on a rencontré plusieurs médecins, des spécialistes et des chefs d’établissements qui se plaignent de cette addiction, des enfants, des adolescents à internet et qui les coupe complètement de l’activité sociale >>, a précisé Virginie Mounanga, CEO de Blanc Cristal, spécialiste de la transformation numérique.

Pour faire face à cette situation la solution n’est évidente pour personne. Pas même pour les professionnels du numérique. Le monde y est réellement exposé. Il est question pour parvenir à la réduction de l’usage abusif du numérique d’établir des routines quotidiennes et les imposées aux enfants. << C’est vrai que les gens deviennent  de plus en plus addictes au numérique. Il faut essayer de mettre des routines en place pour réduire ces effets là, tels que réduire le temps passé sur internet par exemple. J’ai vu, ça marche dans d’autres pays, c’est-à-dire couper le wifi de temps en temps par intermittence. Mais aussi développer des activités sociales, des activités en famille, des activités récréatives que l’on ne voit plus de nos jours >>, s’est-elle exprimée.

Selon, le professeur en neurologie Yvonne Assengone Zeh, il n’est pas question pas de parler d’addiction aux écrans, << mais plutôt d’utilisation abusive des écrans, une pratique qui expose les enfants à de nombreux risques. Ces risques sont liés aux effets que les écrans peuvent avoir sur le développement du cerveau.>>

Il y a une rupture de l’engagement au niveau scolaire. Tout le monde doit se tenir en alerte, parents, pédagogues, afin de parvenir à la réduction des effets du numérique sur la santé. << Pas d’écrans aux enfants avant l’âge de deux ans. Et au-delà de deux ans, il y a une catégorisation des écrans. Et surtout sur le temps d’utilisation. Un peu moins de deux heures par jour pour ne pas dans l’utilisation abusive des écrans >> suggère la neurologue.

En sa qualité de représentant du ministère de l’Economie numérique, le Directeur général de la promotion de l’Économie numérique, Raphaël Mezui a rappelé que le numérique est un des piliers sociaux économiques du Gabon. Cependant, son utilisation excessive des écrans un impact nocif sur la sante des populations en général et particulièrement sur celle des enfants.

<< Aujourd’hui nous abordons un thème qui est celui des écrans avec l’addiction que tout cela peut entraîner. Essayer de sensibiliser les familles sur ce qu’elles  peuvent faire de manière à ce que nous puissions exploiter tous ces changements et ces progrès technologiques >>, a fait savoir.

Libreville n’est que la première étape de ce vaste programme de sensibilisation au numérique. L’extension du programme vers l’intérieur du pays est également prévue très prochainement.

GM/DTV2022

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
12 − 4 =