Poissons morts dans l’Ogooué : L’épidémie s’étant sur l’Ogooué-Maritime

0

Resté jusqu’ici exclusif à la seule province du Moyen-Ogooué, le phénomène de poissons morts dans le fleuve Ogooué s’est étend désormais à la province voisine de l’Ogooué-Maritime. C’est au cours d’une mission d’inspection dans le canton Ogooué, le gouverneur de cette province a constaté la propagation de l’épidémie dans les lacs Alombié et Avanga.

 

Epidémie de poissons morts dans l’Ogooué, le phénomène ne semble pas s’arrêter. La province de l’Ogooué-Maritime est aussi désormais touchée par l’épidémie causant la mort des carpes. C’est ce qui ressort de la récente descente sur le terrain du gouverneur de la province qui est allé constater de cas de mortalité de carpes dans le canton Ogooué. Plus précisément dans les lacs Alombié (village Abélogo) et Avanga (village Okoumikassa).

Arrivée du gouverneur de l’Ogooué-Maritime dans le village Okoumikassa du lac Avanga. Constats de poissons morts et échange de Patrice Ontina, le gouverneur, avec les populations. © Gabonreview

«J’ai reçu des informations par rapport aux carpes mortes dans les lacs Alombié et Avanga. Immédiatement j’ai mis en place une cellule de veille permettant d’assurer assistance aux populations et de collecter des informations. Et le plus grand foyer où on a pu voir les carpes mortes, c’est bien les lacs Avanga et Alombié», a affirmé le gouverneur de l’Ogooué-Maritime. «Je précise qu’il n’y a pas d’autres espèces de poissons morts en dehors de la carpe. Et il y a énormément de carpes mortes», a constaté Patrice Ontina.

Selon le chef du canton Ogooué, l’heure est grave dans ce territoire où l’activité principale est la pêche de cette ressource halieutique. «Vous avez pu voir des pourritures tout au long des débarcadères, ça prouve que le phénomène est bien présent aux lacs. Ce qu’on attend du gouvernement c’est qu’il prenne soin des habitants. C’est dur pour nous qui vivons ici. Ce n’est pas facile !», a déclaré Foker Ondeno.

Toutes les administrations provinciales ont été mises à contribution au cours de cette mission, pour favoriser la collecte d’informations et d’assurer la sécurité des populations. Pour l’autorité provinciale, cette épidémie est plus que préoccupante et les entités scientifiques et techniques sont appelées à procéder à des prélèvements de l’eau et du poisson en vue d’une analyse approfondie.

«Après le constat des carpes mortes que j’ai pu faire, nous avons pris la décision de distribuer des médicaments aux populations et de l’eau minérale aux enfants. Nous ferons un rapport au gouvernement afin qu’après nous, les instituts comme le Cenarest et le Cirmf viennent faire des prélèvements pour connaitre l’origine de cette mortalité», a expliqué Patrice Ontina.

Afin d’éviter tout risque de contamination, les populations des lacs Avanga et Alombié ont reçu quelques consignes. «Nous vous conseillons de ne plus vous livrer à des activités de pêche. De ne plus consommer également ces poissons et de ne pas les commercialiser», a conseillé un médecin du centre de donnée épidémiologique de l’Ogooué-Maritime. «Puisque vous n’avez pas de choix que de boire cette eau, il serait mieux de la faire bouillir, lavez-vous aussi les mains à chaque fois», a ajouté Carla Ayéghé.

On est en droit se demander si ces simples conseils suffiront-ils à éviter les risques de contamination ? Plus que jamais, les regards sont tournés vers le gouvernement pour contenir et éradiquer ce phénomène.

Avec Gabonreview.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
24 ⁄ 6 =