Pollution numérique : YouTube un pollueur de plus

0

Une étude de l’Université anglaise de Bristol, a récemment révélé que le visionnage de vidéos sur YouTube rejette 11,3 millions de tonnes de CO2 par an dans l’atmosphère. Soit l’équivalent des émissions d’une petite ville comme Francfort.

L’étude fait observer que passer des heures sur YouTube et se perdre entre les vidéos de chatons et les clips musicaux coûte plus cher qu’on ne le pense. Et pour cause, une récente étude scientifique de l’Université de Bristol a démontré que la plateforme émet un taux de CO2 annuel équivalent à celui d’une ville comme Francfort ou Glasgow.

En effet, les milliards d’heures de visionnage à travers le monde entier pèsent lourd dans la balance : dans ce vaste rapport, les chercheurs soutiennent que le seul visionnage des internautes sur la plateforme se traduit par 11,3 millions de CO2 rejetés dans l’atmosphère (selon les chiffres de 2016).

Un exemple d’utilisation excessive de YouTube.

Par ailleurs, l’étude fait savoir également que YouTube « utilise plus d’électricité que nécessaire pour maintenir la même expérience client ». Si la plateforme adoptait des pratiques plus vertueuses, sa facture carbone pourrait drastiquement baisser : par exemple en stoppant la lecture automatique des vidéos suivantes à la fin du visionnage. Cette seule pratique pourrait permettre au site de réduire son empreinte de 323 000 tonnes de CO2 par an, peut-on lire dans l’étude.

On note que de son côté, la plateforme de Google n’a pas réagi à la publication de cette étude.

Avec  Infodurable.fr

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
5 × 15 =