Pollution plastique: 9,1 milliards de tonnes de plastique déjà produites dans le monde !

0

Ce 3 juillet est la journée mondiale sans sac plastique. Pour lutter contre ce fléau qui est devenu une mauvaise habitude, de nombreux États ont déjà commencé à prendre des mesures. Tour d’horizon des bons élèves.

Selon une étude de l’Université San Barbara de Californie (2017), 9,1 milliards de tonnes de plastique ont été déjà produites à date dans le monde ! Plus de la moitié de ce volume, soit 5,4 milliards de tonnes, a fini dans l’environnement.

La production de plastique devrait augmenter de 28,7 milliards de tonnes d’ici 2050 avec 13,2 milliards de tonnes qui vont finir soit dans l’environnement soit dans les océans.. Selon la fondation Ellen MacArthur, si rien n’est fait dans les trois prochaines décennies, les océans contiendront plus de plastique que de poissons !

En Europe, le problème est bien connu : les sacs plastiques envahissent la mer et tuent sa faune et sa flore. Inquiète, la commission européenne a pris des mesures. Tous les emballages plastiques en circulation devront être recyclables d’ici 2030. Finis aussi les sacs plastiques gratuits d’ici 2019 : tous seront payants ou remplacés par des poches biodégradables (c’est déjà le cas en France depuis 2016). Cela vaut aussi pour les cotons-tiges, les mélangeurs de cocktails et les tiges de ballon. En plus, elle compte étiqueter soigneusement les lingettes et serviettes hygiéniques, en précisant la pollution qu’ils génèrent. La France, elle, prévoit même de limiter considérablement la vente des couverts et gobelets jetables d’ici janvier 2020.

En Angleterre, plus de paille dans son soda

8,5 milliards de pailles en plastique sont jetées chaque année au Royaume-Uni. Un chiffre exorbitant : cela représente plus de 150 tonnes de plastique déversées chaque année dans les océans. Pour le ministre britannique de l’environnement, Michael Gove, interrogé sur la BBC, c’est une « urgence mondiale. » Le gouvernement a annoncé interdire les cotons-tiges, les pailles, et les touillettes en plastique d’ici à la fin de l’année 2018. Seules exceptions : les cotons-tiges à usage médical. Pour le traditionnel café du matin à la machine, il faudra reconsidérer l’option cuillère plutôt que bâtonnet.

À Bombay en Inde, le plastique paie le prix fort

Qui n’a jamais vu de photos des bidonvilles en Inde où les enfants jouent par-dessus des montagnes de sacs plastiques ? Bombay dit stop : plus de sac de course, d’emballage de nourriture, de paille, de vaisselle ou de bouteille en plastique. Depuis le 23 juin, 200 contrôleurs ont été recrutés pour mettre une amende à ceux qui distribuent des sacs plastiques et ceux qui en achètent. 5 000 roupies pour une première contravention (soit un peu plus de 62 euros en France, sachant que le salaire indien moyen est de 40 euros par mois), 10 000 si récidive, prison si cela ne fonctionne pas. Ça calme. En à peine huit jours, ils en ont saisi plus d’une tonne. D’ici 2022, tout devra disparaître.

L’Afrique n’est pas en reste

Le Congo, l’Afrique du Sud, le Cameroun… Ils sont de nombreux pays africains à prendre conscience des dangers du plastique et à alerter la population. Le Bénin tire son épingle du jeu en interdisant toute importation de sachets plastiques et en verbalisant les plus téméraires. À la place ? Des sachets biodégradables fabriquées à base de matières végétales, avec manioc et son de maïs. Le pays a tout prévu : le plastique saisi servira à fabriquer des bâches pour les travaux.

Sinon, un petit tour en mer ?

Vous voulez passer l’été au bord de l’eau ? Qu’à cela ne tienne, pour vous préoccuper quand même de la pollution plastique, on vous propose un petit tour en catamaran. Mais pas n’importe lequel : le Plastic Odyssey. C’est Simon Bernard, ancien officier de la marine marchande, qui l’a conçu. Ce bateau est entièrement propulsé par de l’énergie créée à partir de déchets plastiques. Pour un kilo de sacs plastiques, on crée un litre de carburant. Ingénieux. D’autant plus que le bateau compte sillonner les côtes pour ramasser les déchets, les trier et les recycler. Lancé le 15 juin dernier, il fera de nombreuses escales avant de partir pour un tour du monde pendant 3 ans. L’occasion de faire une escapade en mer moins polluante.

 

Avec NÉON MAG

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
10 + 16 =