Prodece : 100 jeunes formés aux métiers agricoles reçoivent des terres

0

Le Projet de développement des compétences et de l’employabilité (Prodece) a permis de former 100 jeunes gabonais dans les métiers de l’Agriculture. Un projet qui a reçu l’appui de la Banque mondiale, vont recevoir de la part du gouvernement des terres pour pouvoir produire leurs semences. Le sujet a fait l’objet d’une rencontre le 28 juillet 2022 à Libreville, entre le ministre gabonais de l’Agriculture, Charles Mve Ellah et la représentante résidente de la Banque mondiale au Gabon, Alice Ouedraogo.

 

« Ces jeunes ont été formés et nous sommes venus voir avec le ministre de l’Agriculture la suite de ce projet qui consiste à donner des terres à ces jeunes afin qu’ils puissent commencer leur métier », a déclaré Alice Ouedraogo.

L’apport de la Banque aura pour but d’amorcer le coût afin que les jeunes puissent s’installer. « Nous sommes en accord avec l’IGAD (Institut gabonais d’appui au développement) qui va apporter son soutien technique à ces jeunes sur une durée déterminée. Si ces jeunes commencent à produire, ce sera notre plus belle réussite », a déclaré la représentante résidente de la Banque mondiale.

Selon le ministère de l’Agriculture, les 100 jeunes ont d’abord été regroupés en 4 coopératives, pour leur permettre d’avoir une surface assez importante. Ils seront installés dans 4 sites, à savoir : Bolokoboué, Okolassi, Andem et sur la route de Cocobeach. « Le but c’est que chaque coopérative ait un espace suffisamment grand pour leur permettre de se développer. Ils sont là pour un certain nombre d’années puisque ces terres sont sécurisées et appartiennent au ministère de l’Agriculture », a expliqué Ndong Biyo’o, conseiller du ministre de l’Agriculture.

Le gouvernement estime pour sa part que l’intérêt de ce projet réside dans qu’il permettre de professionnaliser le secteur agricole et réduire le taux de chômage au Gabon, en accompagnant les jeunes dans les métiers de l’Agriculture. Car, à l’horizon 2025, le Gabon projette de produire localement plus de 50 % de la consommation alimentaire du pays. Ce qui lui permettra d’accroître la part de l’agriculture dans le produit intérieur brut du pays. Ce secteur représente actuellement moins de 5 % du PIB.

 

Avec lenouveaugabon

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
18 × 19 =