Rumba congolaise : désormais patrimoine culturel immatériel de l’humanité

0

La Commission nationale pour l’inscription et la promotion de la rumba, a instruit ce dossier au cours de l’année 2020. Le dossier de cette inscription au patrimoine culturel immatériel de l’humanité a vu sa matérialisation en cette année 2021. Une inscription qui enchante de nombreux congolais des deux rives comme on peut le lire sur les réseaux, notamment sur twitter. La rumba n’est pas qu’un simple style musical, c’est aussi un élément tradition essentiel pour le quotidien des congolais. 

 

Bravooo à vous tous artistes des deux rives du fleuve Congo pour les bons moments passés avec vos sons,vos émotions,vos vibrations et tous les sentiments qui en découlent” a salué Luhahi

La rumba congolaise est un genre musical et une danse populaire dans les zones urbaines de la République démocratique du Congo et la République du Congo. Généralement exécutée par un couple composé d’un homme et d’une femme, il s’agit d’une forme d’expression multiculturelle originaire d’une ancienne danse appelée nkumba (« taille » en kikongo).

Cette inscription de la rumba congolaise au patrimoine culturel immatériel de l’humanité vient d’ouvrir la porte aux Congolais pour mieux vendre ce style de musique à travers le monde par des projets. Capitalisations cette opportunité” s’est exprimé Junior Bompongo Yala.

La rumba est utilisée lors de célébrations et de jours de deuil, à la fois dans les espaces publics, privés et religieux. Elle est accompagnée par des orchestres, des chœurs, des danseurs et des musiciens solistes, qu’ils soient professionnels et amateurs. Les femmes ont joué un rôle prépondérant dans l’élaboration de style romantique et religieux.

Nous rendons hommage à nos pères fondateurs de la Rumba congolaise et leurs héritiers incontestés représentés par Ferré Gola raison pour laquelle ce dernier à jouer le jour de la cérémonie de cet événement si grandissime” a soutenu Grace Ibanda

La tradition de la rumba congolaise est transmise aux jeunes générations via les clubs de quartier, les écoles de formation officielle et les organisations communautaires. Par exemple, les musiciens de rumba assurent le maintien des clubs et la formation des artistes apprentis pour la perpétuation de la pratique et la fabrication des instruments.

La rumba joue également un rôle économique important, car la formation d’orchestres permet le développement d’une forme d’entrepreneuriat culturel visant à réduire la pauvreté. Elle est considérée comme une partie essentielle et représentative de l’identité du peuple congolais et de ses populations de la diaspora. Elle permet également la transmission de valeurs sociales et culturelles de la région, mais aussi la promotion d’une cohésion sociale, intergénérationnelle et solidaire.

 

GM avec UNESCO 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
28 − 20 =