« Si rien n’est fait, la production de ce matériau très polluant pourrait encore augmenter de 40 % d’ici à 2030 », s’alarme le rapport 2018 du WWF

0

Tout en posant la question sur le point commun existant entre un sac-poubelle, de la moquette, un isolant de câbles électriques et des vêtements polaires ? L’ONG précise qu’ils sont conçus à partir de plastique. Plus de 300 millions de tonnes de cette matière première sont produites chaque année. Et c’est une très mauvaise nouvelle pour la planète selon le WWF.

 

Une information qui n’est pas pour rassurer la planète selon l’ONG WWF. Dans un rapport publié ce mardi, l’ONG met en évidence ses inquiétudes de cette dépendance au plastique qui « pollue la nature, met en danger la vie sauvage, entre dans la nourriture que nous mangeons et l’air que nous respirons ». Le pire est que rien n’est fait pour mettre un terme à cette addiction.

Des déchets plastiques qui contaminent les abysses. Le WWF estime par ailleurs, « qu’au moins un millier de tortues marines meurent chaque année des suites de l’enchevêtrement dans des déchets plastiques ». Et pas moins de 240 espèces animales ont déjà ingéré du plastique, ce qui peut entraîner « des brûlures internes, des occlusions digestives et la mort ». Cette pollution se niche même dans les abysses des océans, des chercheurs ayant découvert pour la première fois des microplastiques dans les entrailles de mini-crustacés vivant à près de 11 km de profondeur. En disséquant de minuscules crevettes évoluant au fond d’une fosse du Pacifique, des scientifiques britanniques ont extrait des résidus de nylon, de polyéthylène, de PVC et de soie synthétique. « Les microparticules de plastique sont partout », déplore Alan Jamieson, expert en écologie marine.

Aujourd’hui, près de la moitié du plastique produit dans le monde se transforme en déchets en moins de trois ans. Mais « seuls 20 % de ces déchets sont collectés pour être recyclés », calcule le WWF. « À cause des défaillances systémiques de la filière plastique, il est moins coûteux de rejeter du plastique dans la nature que de le gérer efficacement jusqu’à la fin de sa vie », souligne le rapport de l’ONG qui estime que chaque année, 100 millions de tonnes se transforment en « polluant terrestre ou marin ».

Concernant la fin efficace des produits en plastique à usage unique, jouets en bois, moquettes en laine, WWF met en valeur quelques alternatives concrètes pour réduire notre consommation de plastique et pointe notamment les produits en plastique à usage unique. Selon le rapport, « l’élimination progressive des produits en plastique à usage unique (couverts, touillettes, cotons tiges, gobelets, paille pourraient potentiellement réduire la demande de plastique de 40 % d’ici 2030 ».

Ainsi, le WWF rapporte « qu’au moins un millier de tortues marines meurent chaque année des suites de l’enchevêtrement dans des déchets plastiques », qu’au moins 240 espèces animales ont déjà ingéré du plastique, dont les fragments apparaissent comme des proies (ce qui entraîne des brûlures, des occlusions digestives et, dans certains cas, la mort) et que, pour la première fois, des chercheurs ont découvert des microplastiques dans les entrailles de crustacés vivant environ à 11 km de profondeur, dans les abysses de l’océan Pacifique. Les poissons confondent le plastique et le plancton, sont contaminés et sont parfois eux-mêmes consommés par des êtres humains qui ingèrent à leur tour du plastique.

 

GCM/DTV 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
10 ⁄ 5 =