Technologies émergentes: le numérique un moyen pour réduire le sous-développement

0

 Le ministre de l’Économie numérique procédé à l’ouverture officielle de son atelier de sensibilisation et de formation des acteurs du numérique aux technologies émergentes. Un atelier inscrit dans le cadre du Programme « Accompagnement à la formation numérique » de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Une organisation qui se fait en partenariat avec l’Organisation francophone des entreprises innovantes (OFEI), cet atelier de formation est un enjeu sur les enjeux et l’appropriation des technologies émergentes et va du 27 au 30 juin 2019.

 

Axé sur l’appropriation des opportunités liées au développement du marché des données numérique massives, l’atelier a pour objectif de permettre à une trentaine acteurs gabonais du numérique, sélectionnés à l’issue d’un appel à candidature, de projeter leur avenir professionnel dans un ce nouveau cadre mondial induit par la transformation numérique. Pour chacune des opérations, le partenaire de mise en œuvre sera chargé de mettre le processus de sélection des participants, dont le nombre est limité à 25 à 30 et dont l’âge varie entre 18 et 35 ans par formation, via la plateforme en ligne qu’il a développé.

Lors de son mot de bienvenue, le directeur du Bureau de le Francophonie pour l’Afrique centrale (BRAC-OIF), Boubacar Noumansana a salué l’ensemble de l’assistance au nom de son Secrétaire général, Louise Mushikiwabo. Et tout particulièrement au ministre de la Communication, de l’Economie numérique, Guy Maixent Mamiaka : « Votre présence, monsieur le ministre, mesdames et messieurs membres du gouvernement, témoigne de la volonté des plus hautes autorités gabonaises de faire de ce pays, un pôle attractifs en matière de technologies émergentes, d’accroître sa compétitivité grâce notamment à la transformation digitale. Le plan sectoriel Gabon numérique (PSGN), (…) le numérique constitue un puissant vecteur d’accélération et un important levier du développement ». Cet atelier de formation et de sensibilisation des acteurs gabonais du numérique sur les technologies émergentes organisé par l’OIF, s’ajoute au nombre des autres activités de cette organisme au Gabon qui consistent à soutenir son écosystème entrepreneurial : le soutien apporté à l’incubateur spécialisé Ogooué Labs (pour la mise en œuvre de son programme « Ecole 241 » etc.

Les invités pendant la cérémonie d’ouverture officielle de l’atelier de formation.

c’est en tout cas ce qu’a affirmé un des formateurs invité, Bastien Ingweiller président de CEO et propriétaire de la startup Guty : « Par technologies émergentes on entend toutes les technologies qui sont souvent liées au numérique qui n’existaient pas il y a quelques années, il y a 4 ou 5 ans. Notamment le Big data, la gestion de gros volume de données, notamment l’intelligence artificielle, on n’a parlé de la 5G, l’internet des objets. (…), et on va parler durant cette semaine du modèle d’affaire startup et du Big data et de l’intelligence artificielle ». Deux startupeurs vont clore la semaine en faisant un retour d’expérience du terrain.

Les deux formateurs et les participants pendant l’atelier de formation.

Le ministre de l’Economie numérique qui a procédé à l’ouverture officielle de la formation a salué et remercié l’OIF pour cette initiative qui selon lui manifeste, une fois de plus l’engagement de cette institution à œuvrer pour la formation de la jeunesse de ses pays membres et par la même de mieux aider ces pays à aborder les défis du futur. « L’infrastructure numérique est présente dans notre pays. Il faut maintenant donner la possibilité aux acteurs de pouvoir s’approprier les outils de management de toutes infrastructures. Mon souhait c’est non seulement que l’on puisse donner aux acteurs tous outils nécessaires, mais qu’il y ait de plus en plus acteurs vers le numérique. Parce que nous n’avons d’autre choix pour combler notre sous-développement que de prendre le raccourci du numérique qui va réduire fracture entre les pays développés et les pays sous-développés » s’exprimé le ministre de l’Economie numérique, Guy Maixent Mamiaka.

 

GM/DTV 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
15 × 12 =